Madagascar: Violence en ligne - Un nouveau portail pour sécuriser les enfants

Un autre moyen de signalement été mis en place par Internet Watch Foundation pour la dénonciation des abus sexuels en ligne.

Avec l'expansion de l'accès à l'internet, les enfants et adolescents sont de plus en plus exposés aux violences en ligne. L'ECPAT France indique clairement dans une étude sur la prostitution des mineurs en lien avec les nouvelles technologies. L'étude a été effectuée en 2015, que dans la capitale et à Nosy Be, l'indication sur laquelle 63% des adolescents et enfants utilisent internet pour chercher des partenaires et que 75,3% de ces jeunes enfants ou adolescents ont rencontré physiquement les personnes contactées. 87, 7% ont envoyés leurs photos à leurs correspondants, dont 29, 9% en sous vêtements.

Ces chiffres auront tendance à augmenter. Un nouveau portail dédié au signalement des abus en ligne a été mis en place par Internet Watch fondation, hier. Le portail à portée mondiale permet aux citoyens de signaler de façon anonyme et sécurisée les images et vidéos d'abus sexuels à l'encontre des enfants malgaches apparus sur internet. Dans cette lancée, les contenus signalés seront analysés par des experts du IWF, puis ils seront supprimés. En parallèle, dans la mesure où le signalement est pris en compte par les autorités locales, c'est à ce moment qu'elles engageront des procédures judiciaires nécessaires à l'encontre des auteurs.

Engagement

La propagation d'images, de matériels d'abus et d'exploitation sexuelle sur des enfants, à travers la toile, est un phénomène d'ordre mondial qui a éveillé une prise de responsabilité au niveau de chaque pays mais aussi une coopération internationale. À noter que le pays dispose déjà d'un site Arozaza.mg qui a été actualisé récemment, mais également la ligne verte 147, pour recevoir les signalements des violences sexuelles et contenus préjudiciables aux enfants en ligne.

« Devant les risques d'abus et d'exploitation sexuelle liés à l'utilisation d'internet (... ) ainsi, la collaboration avec l'internet watch Foundation, à travers la mise en place du portail de signalement à Madagascar, constitue une grande étape vers la réalisation de notre défi », indique Lucien Irma Naharimamy, ministre de la population, de la protection sociale et de la promotion des femmes. Le ministère est appuyé par l'UNICEF, la société civile dont Youth First et ECPAT. Madagascar devient le 41e pays dans le monde à pouvoir disposer de ce mécanisme de signalement.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.