Madagascar: Gouvernance - Résultat moyen pour Madagascar

Bien avant l'avènement de la covid-19 dans la Grande île, cette dernière affichait déjà une structure politico-économique à améliorer selon une étude de la Banque Mondiale.

Qualité des politiques et gestion économique font partie des critères jugés par l'évaluation des politiques et des institutions en Afrique (CPIA) effectuée par la Banque Mondiale dont le rapport vient d'être publié hier. Entre une note maximum de 6 et un minima de 1, pour Madagascar, la CPIA a attribué 3,3 pour l'année d'exercice 2019. Dans cette étude portant sur un peu moins d'une quarantaine de pays d'Afrique subsaharienne qui peuvent bénéficier des financements de l'Association internationale de développement (IDA), la Grande île affiche ainsi des performances plus ou moins notables.

Avec le Rwanda à la première place sur une note globale de 4/6, le rapport CPIA 2019 épingle Madagascar à la dix-huitième place entre tous les pays africains. « Des résultats qui viennent souligner la nécessité de mettre en œuvre un processus soutenu de réformes économiques et institutionnelles » annonce la Banque Mondiale. Une façon pour cette institution de renseigner les pouvoirs publics sur l'impact des efforts déployés Q pour soutenir la croissance et lutter contre la pauvreté.

Cette note obtenue par Madagascar sert ainsi à déterminer le volume des prêts concessionnels et des dons que la Banque mondiale accorde à un pays à faible revenu comme le nôtre. Cependant, les résultats du CPIA ne fournissent qu'un état des lieux des politiques et institutions nationales au commencement de la pandémie de la Covid-19, en mettant en évidence la nécessité, pour les pays IDA de la région, à agir pour renforcer leurs systèmes de santé, protéger leur capital humain, améliorer la gouvernance du secteur public et mettre en œuvre des réformes structurelles visant à stimuler la productivité.

Sécurité sanitaire

Selon le rapport, il est nécessaire de renforcer les systèmes de santé dans la mesure où les pays IDA d'Afrique subsaharienne ont dû faire face à la pandémie de la Covid-19, alors qu'ils étaient mal préparés à la gestion d'une telle crise sanitaire, du fait d'une faible couverture sanitaire, de l'insuffisance des dépenses publiques dans la santé et du niveau élevé des coûts supportés par les patients.

Toujours classé dans les résultats moyens, Madagascar, comme un bon nombre de pays africains, présentent dans l'ensemble, des failles importantes dans leur capacité à prévenir, détecter et répondre à une situation d'urgence sanitaire. « Le système de santé accuse globalement de graves lacunes en matière de capacités de soins dans les dispensaires et les hôpitaux, de déploiement des personnels soignants, d'accès aux soins et de pratiques de lutte contre les infections » conseille le rapport CPIA.

Face à ce contexte de sécurité sanitaire défaillant, la Banque Mondiale préconise de prioriser la protection du capital humain. « La pandémie de la Covid-19 aura probablement des effets néfastes sur le capital humain, en raison des perturbations causées aux services de santé essentiels, aux pertes de revenus et aux mesures de fermeture des établissements scolaires. Pour un grand nombre de pays IDA en Afrique subsaharienne, la lutte contre la pandémie aura pour conséquence de détourner des ressources publiques au détriment d'autres services de santé essentiels»suggèrent les initiateurs de l'étude.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.