Cameroun: Lutte contre la cybercriminalité - La protection des données en question

La thématique est au cœur d'un atelier officiellement ouvert jeudi à Edéa par le directeur général de l'Antic, le Dr Ebot Ebot Enaw.

De l'avis des spécialistes, la crise sanitaire mondiale a bouleversé le monde du travail. L'une des conséquences qui en découlent est le recours au travail en ligne à travers les visioconférences, les téléconférences entre autres. De nouvelles méthodes de travail qui entrainent la circulation d'une masse sans cesse croissante de données ; entrainant aussi un risque plus élevé d'attaques malveillantes et une plus grande vulnérabilité des utilisateurs. La sécurisation de ces données s'impose comme une nécessité absolue pour lutter contre la cybercriminalité.

Et le directeur général de l'Agence nationale des technologies de l'information et de la communication (Antic), le Dr Ebot Ebot Enaw a été clair là-dessus lors de l'atelier sur la protection des données ouvert le 12 août 2020 à Edéa : « Dans ce contexte, il est impératif que les spécialistes chargés de la protection des données collaborent encore plus étroitement pour améliorer les mesures de protection dans les différents secteurs et veiller à ce que la protection de la vie privée constitue un principe directeur des efforts en matière de cyber sécurité ». L'assise, qui court jusqu'à ce 14 août dans le chef-lieu de la Sanaga-Maritime, a réuni autour de la table des discussions les administrateurs de plateformes locales de e-commerce, les hébergeurs de contenus locaux.

L'atelier qui est le deuxième du genre après celui tenu à Douala en 2019, a pour objectif de permettre aux acteurs de ce secteur d'échanger sur les thématiques liées à la sécurité des données personnelles et aussi de la vie privée. « Il est question pour nous d'élaborer toutes les stratégies qui vont permettre de sécuriser tous les secteurs. L'Antic ne doit pas faire ce travail seul. Les autres acteurs doivent aussi apporter leur contribution » a souligné le Dr Ebot Ebot Enaw. L'Antic et ses partenaires s'engagent à mieux protéger les données personnelles qui correspondent notamment aux noms, prénoms, adresses physique et électronique, aux numéros de téléphone, aux lieux et dates de naissance, numéros des cartes bancaires, photos... tout en militant pour la cyber sécurité.

Parmi les modules de cette rencontre, on peut citer : la protection des données à caractère personnel ; cloud et big data, un mal nécessaire ; consentement de l'usager dans le traitement de ses données ; signature numérique comme outil de sécurisation des données de nos entreprises. Le renforcement des missions de l'Antic dans le cadre de la loi relative à la cyber sécurité et à la cybercriminalité est également en ligne de mire.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.