Cameroun: Yaoundé - Onze boutiques calcinées à Mvog-Ada

Un incendie s'est déclaré hier au petit matin dans le secteur dédié à la vente de pièces détachées automobiles. D'importants dégâts matériels à déplorer.

L'incendie s'est déclaré hier aux alentours de 2h du matin. Des flammes jaillissant d'un bloc de boutiques au marché Mvog-Ada à Yaoundé. Bilan, quasiment toutes les pièces détachées pour véhicules calcinées. De même que les véhicules en réparation dans un garage situé à proximité de ce bloc de boutiques. Aux environs de 14h hier, des propriétaires encore sous le choc étaient sur les lieux. Pour réaliser qu'il n'y avait plus rien. Rien d'autre que des revendeurs de ferraille venus fouiller des morceaux encore brûlants de chaleur. « Tout est parti. Je n'ai même pas pu récupérer un tournevis. Voilà deux moteurs complètement calcinés. Il n'y a rien à récupérer », indique Thomas Bono, un des propriétaires de boutiques. Déception pareille pour Campbell Livingstone, un des employés du garage touché à proximité. « Je ne sais même pas comment on fera avec les véhicules des clients qui ont brûlé ici », se désole-t-il.

Sur place, la plupart se consolent d'avoir mis la main sur un des suspects. En effet, des vigiles assuraient la surveillance des lieux. Ils disent avoir vu un groupe de trois personnes rôder avant le déclenchement de l'incendie. « Ils ont pris un d'entre eux. Il n'a pas voulu nous dire où se trouvent les autres », témoignent ces propriétaires de boutiques. En effet, un jeune homme a été appréhendé et remis aux éléments du commissariat du 4e arrondissement venus sur les lieux. « Au stade actuel, les éléments recueillis sur le terrain font penser à un incendie criminel. Nous avons trouvé à proximité des lieux des bouteilles en plastique perforées contenant de l'essence », révèle Polycarpe Azoh Somb, commissaire du 4e arrondissement de Yaoundé à Mimboman. Selon lui, le suspect appréhendé par les vigiles et remis à la police nie les accusations en bloc. Les témoignages des victimes restent attendus à la police. Une enquête est donc ouverte.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.