Seychelles: Un Coco de mer dans la cour? Les propriétaires aux Seychelles peuvent désormais en planter un

Les propriétaires aux Seychelles qui souhaitent cultiver un palmier coco de mer sur leurs terres peuvent faire la demande d'une graine à planter auprès de la Seychelles Island Foundation dans le cadre d'une campagne récemment lancée pour conserver l'espèce emblématique.

Pour SCR500 (28 $), une personne peut faire la demande pour planter jusqu'à cinq graines sur sa propriété, a déclaré la directrice générale du SIF, Frauke Fleischer-Dogley, lors d'une récente conférence de presse.

Le coco de mer est la noix la plus grosse et la plus lourde du monde, qui à maturité pèse entre 15 et 30 kg. L'espèce est endémique aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, et pousse sur Praslin et Curieuse, où le SIF a déclaré que la population est en bonne santé.

Les personnes intéressées devront fournir des détails concernant la terre sur laquelle la semence sera plantée. Cela comprendra le nom du propriétaire, l'adresse, le numéro de parcelle et les coordonnées de la personne. D'autres critères, comme le type de sol, seront pris en compte lors de la visite du site. Les applications seront acceptées jusqu'en décembre.

Mme. Fleischer-Dogley a souligné que, puisque le coco de mer atteint entre 25 mètres et 34 mètres de haut, le propriétaire aura besoin d'une superficie de 10 mètres sur 10 par graine.

«Nous voulons nous assurer que la plante de coco de mer ne sera pas abattue plus tard car le site sur lequel elle a été plantée n'est pas pratique. Une fois le site visité, nous aiderons la personne à obtenir un coco de mer de la Vallée de Mai », a déclaré le directeur général.

Les graines de coco de mer destinées au public proviendront majoritairement de la Vallée de Mai, où 50 à 60 noix sont récoltées par mois, mais cela ne signifie pas que la Fondation dispose d'un stock de graines de coco de mer prêtes à être plantées.

Photo : Mme. Muzungaile a déclaré que le coco de mer est une belle espèce à avoir à la maison et elle est sûre que beaucoup seront fiers de dire qu'ils ont l'arbre sur leur propriété.

"Une noix de coco de mer est viable pour la plantation lorsqu'elle est récoltée peu de temps après sa chute; elle ne peut pas avoir quelques mois lorsqu'elle doit être plantée. Nous ferons de notre mieux pour ramasser toutes les noix qui tombent. Une fois que le coco de mer atteint l'île de destination où il sera planté, un officier du SIF devra être présent lors de la plantation du coco de mer », a-t-elle déclaré.

Un suivi sera fait six mois plus tard pour s'assurer que le coco de mer se développe sainement. Si la graine ne parvient pas à germer, la noix sera remplacée si la fondation est convaincue que c'est la même graine qui a été plantée. Pour savoir si un arbre est une femelle ou un mâle, la personne devra attendre que l'arbre fleurisse.

La directrice générale de la gestion et de la conservation de la biodiversité, Marie-May Muzungaile, a déclaré que malgré le temps d'attente pour une personne qui dispose de suffisamment d'espace, cela devrait être une fierté nationale. (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board) Photo License: CC-BY

« Il est important qu'une personne assume la responsabilité lorsqu'elle décide de prendre une graine de coco de mer, elle en assume la responsabilité dans sa totalité, ce qui signifie qu'elle sait qu'il s'agit d'une espèce très demandée et qu'elle aura très probablement besoin d'établir une certaine forme de sécurité sur les lieux pour s'assurer que les fruits ne sont pas volés », a déclaré Mme Muzungaile.

Elle a ajouté que "à long terme, cela deviendra un bon investissement pour eux. C'est une belle espèce à avoir chez soi et je suis sûr que beaucoup seront fiers de dire qu'ils ont un arbre de coco de mer sur leur propriété. "

Une personne qui possède un arbre de coco de mer sur sa propriété est classée comme producteur de coco de mer et est enregistrée auprès du ministère de l'Environnement.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.