Niger: Attaque de Kouré - Les deux Nigériens Soulay Garba et Abdou Kadri enterrés dans leurs villages

Le chauffeur de l'ONG Acted et le guide qui accompagnaient les humanitaires français le jour de l'attaque ont rejoint leur dernière demeure dans l'intimité familiale. Une journée chargée en émotion.

Un vendredi consacré au recueillement. Soulay Garba, le chauffeur des six victimes françaises, a été enterré dans l'après-midi dans son village natal de Goudel, aux portes de Niamey.

Dans la matinée, les proches et les amis sont venus présenter leurs respects à sa femme sur le point d'accoucher, et à ses quatre enfants. Tous décrivent Souley comme un homme serviable, très pieux, à tel point qu'il s'imposait un jeûne deux fois par semaine.

Inconsolable, son grand-frère se souvient lui avoir parlé au téléphone quelques instants avant l'attaque, leur dernière conversation. Depuis, il garde en poche une photo de son cadet, entouré d'Occidentaux, tout sourire et joyeux. Une dernière image fidèle à la réputation du chauffeur assassiné.

Au même moment, les funérailles d'Abdou Kadri, s'achevaient dans son village natal de Kouré, la commune où l'attaque meurtrière a eu lieu dimanche dernier.

Abdou était le guide qui accompagnait les humanitaires. Mais il était aussi le président de l'Association des guides de girafes de Kouré, et une figure emblématique dans cette fameuse réserve naturelle, toujours identifiée comme étant à l'abri des raids jihadistes.

Là aussi, un enterrement tout en sobriété, sans hommage national. Mais les ministres nigériens du Tourisme et de l'Environnement se sont tout de même rendus à Kouré plus tôt dans la semaine, pour rencontrer les autres guides du parc et présenter les condoléances à la famille d'Abdou Kadri.

■ Questions à Alkache Alhada, ministre nigérien de l'Intérieur

L'attaque de Kouré symbolise-t-elle la dégradation de la situation sécuritaire dans l'ouest du Niger ? Pas forcément, répond Alkache Alhada qui estime que l'attaque doit plutôt être vue comme un coup d'éclat par un groupe terroriste. Pour lui d'ailleurs, la décision de Paris de placer le Niger en zone rouge (à l'exception de Niamey) n'est pas représentative de la situation sécuritaire sur le terrain.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.