Angola: Le défenseur de Valter Filipe conteste le verdict

Luanda — L'avocat de Valter Filipe, ancien gouverneur de la Banque nationale d'Angola (BNA), Sérgio Raimundo, a estimé vendredi que la sanction infligée à son client était excessive.

Valter Filipe a été condamné à huit ans de prison, par la Cour suprême, pour son implication dans "l'affaire des 500 millions", avec l'ex-président du Fonds souverain d'Angola, José Filomeno dos Santos "Zenu", condamné à cinq ans.

La Cour suprême a également condamné António Bule à cinq ans de prison et George Gaudens à six ans. Cependant, les avocats de la défense ont déjà fait appel des peines, avec effet suspensif.

S'adressant à la presse, après avoir lu le verdict, Sérgio Raimundo a promis de travailler sur l'appel pour voir la peine de son client réduite.

Il a également estimé que l'indemnité de cinq millions de kwanza appliquée à Valter Filipe était excessive.

Les accusés ont été reconnus coupables de délits de détournement de fonds, de trafic d'influence et de fraude, et doivent payer une indemnité de 300 000 kwanzas chacun, 150 000 pour les services judiciaires et à titre solidaire un montant de cinq millions de kwanzas.

Ce procès judiciaire porte sur un transfert monétaire de cinq cents (500) millions de dollars US qualifié d' "illégal" sur un compte situé à la Banque suisse de Londres.

Ce transfert était une espèce de paiement d'avance à une entreprise créée par les accusés, en vue de monter une opération de financement pour l'Angola, dont la valeur était d'environ 30 milliards de dollars US. Cette opération, dit-on, n'a pas eu lieu en réalité.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.