Sénégal: Dr Mamadou Ndiaye directeur de la prévention - «Je ne m'attendais pas à cette allure de la Covid-19»

Invité de l'émission Grand Jury de la RFM, hier, dimanche 16 août, docteur Mamadou Ndiaye, directeur de la prévention et porte-parole du ministère de la santé et de l'action sociale, a fait part de sa surprise sur la propagation de la covid-19

«Je prévoyais la survenue d'une épidémie quelconque. Parce que nous nous travaillons dans ce sens. Mais, je ne m'attendais pas à cette allure de la covid19, qui évolue de cette manière aussi bien dans le monde que dans notre pays», a déclaré le directeur de la prévention et porte-parole du ministère de la santé et de l'action sociale, Dr Mamadou Ndiaye.

Par conséquent souligne-t-il, «je pense nous avions accordé, peut-être, en tout objectivité, trop de crédibilité à ce que l'ensemble de la communauté scientifique pouvait penser.

Cette dernière pensait qu'on pouvait peut être l'endiguer puisque c'était une urgence de santé publique de portée internationale ; l'endiguer en quelques semaines ou un ou deux mois dans une proportion gérable lorsqu'elle a apparu aux environs du 12 décembre».

Et d'ajouter «On avait sous-estimé ce virus. Or, si on avait sonné l'alerte à temps, peut être que nous aurions pu barrer la route à cette pandémie.

On l'a fait face à l'Ebola, avec d'autres épidémies également qu'on a parvenu pratiquement à éteindre mais celle-là, il s'est trouvé qu'elle a beaucoup résisté et elle continue de faire son chemin même dans des pays développés qui n'ont jamais fait face à une maladie de cette envergure».

Même s'il n'avoue vaincu, le directeur de la prévention déclare : «je ne pense pas qu'on puisse l'arrêter en cette année 2020. Toutefois, on peut arriver à un point qu'elle ne puisse être une menace pour l'humanité.

C'est possible et ce sera une victoire». Interrogé par ailleurs sur le nombre de décès, l'actuel porte-parole du ministère de la santé indiquera que ça ne l'étonne pas. «Le nombre de décès n'est pas surprenant.

Ce qui a été un peu surprenant c'est que l'évolution de la maladie a fait qu'on est resté longtemps sans avoir de décès, un décès par-ci, un deuxième etc. Et à partir du mois de mai, on a commencé à avoir pratiquement une cadence qui est un peu soutenue.

C'est ça qui est un peu étonnant. Mais en regardant les autres pays, combien ils ont été confrontés à cette létalité, on voit que ça serait difficile qu'on puisse ne pas être exposé à cette évolution de la mortalité», soutient-il.

LA LETALITE AU SENEGAL EST ACCEPTABLE

Avant d'indiquer : «la létalité renvoie à un problème de prise en charge. On ne peut pas éviter la mort dans cette maladie.

Mais à chaque fois qu'il y'a mort, on peut interroger le problème de prise en charge, on peut toujours dire qu'on pouvait faire telle ou telle chose mais en réalité, il y'a un niveau au-dessous duquel on ne peut pas, ne pas aller.

Le monde est un village planétaire. En matière de réanimation les Etats-Unis, la France ou l'Italie ont un plateau médical plus élevé mais en regardant leur létalité, on comprend que c'est difficile de l'éviter.

Néanmoins, il faut toujours faire de telle sorte qu'on puisse avoir moins de décès. Et nous pensons que cette létalité au niveau du Sénégal, est continue dans une moyenne acceptable ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.