Cote d'Ivoire: Amnesty International accuse les forces de sécurité ivoiriennes

Ils ont promis de revivre en paix, comme par le passé.

Amnesty International accuse les forces de l'ordre de Côte d'Ivoire d'avoir laissé des hommes armés de machettes attaquer les manifestants qui protestaient contre le troisième mandat du président Ouattara.

Amnesty International, dans une déclaration rendue publique ce mardi, accuse les forces de l'ordre de Côte d'Ivoire d'avoir laissé des hommes armés attaquer la semaine dernière les manifestants qui protestaient contre le troisième mandat du président Alassane Ouattara.

Samba David, président de la coalition qui soutenait les manifestations de rue de la semaine dernière, explique que tant que les forces de l'ordre seront aux ordres du pouvoir politique, la liberté d'expression de l'opposition et de la société civile sera une utopie. C'est pour cela qu'il félicite Amnesty International pour son courage.

" Ce qu'Amnesty International vient de dire est tout à fait exact. Et nous les félicitons pour avoir dénoncé ce que tout le monde sait. On n'arrive pas à comprendre comment nos forces de l'ordre censées être républicaines peuvent escorter des jeunes munis de machettes pour empêcher une marche pacifique. C'est incompréhensible. Cela voudrait dire que l'annonce du troisième mandat d'Alassane Dramane Ouattara est une annonce de confiscation du pouvoir. C'est quand même décevant."

La semaine dernière, la plupart des blessures mais aussi des meurtres ont été commis avec des armes blanches.

Christophe Kouamé, de la plateforme de la société civile CIVIS-CI, dit avoir vu sur internet des photos et des vidéos de véhicules qui transportaient des contre-manifestants armés de gourdins et de machettes.C'est pourquoi celui-ci demande une enquête indépendante.

" Devant ces faits, nous, organisations de défense des droits de l'homme, demandons instamment au gouvernement ivoirien de diligenter une enquête indépendante pour situer les responsabilités. Le procureur de la République doit se saisir automatiquement de cette affaire pour faire renaître la confiance des citoyens vis-à-vis de leurs forces de l'ordre."

Contacté, le ministère de la Sécurité, dont les hommes sont accusés par Amnesty International, n'a pas souhaité répondre à ce qu'il appelle des allégations.

Nos démarches auprès du porte-parole du gouvernement sont restées également sans suite. Pour rappel, les violences autour des manifestations organisées la semaine dernière par l'opposition ont fait officiellement cinq morts et 104 blessés.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.