Afrique de l'Ouest: Frontière Nigeria-Bénin fermée - Une année difficile pour les camionneurs

Cela fait un an que le Nigeria a décidé de fermer ses frontières avec le Bénin et ses voisins pour lutter contre l'insécurité et la contrebande.

Plus d'un millier de camionneurs se sont retrouvés bloqués. Beaucoup sont repartis et ont trouvé un autre chemin pour convoyer leurs marchandises.

Sèmè-Kraké, poste frontalier bénino-nigerian, est la principale porte d'entrée et de sortie des voyageurs, des camions et des marchandises. Le parc de camions à l'intérieur du poste de contrôle juxtaposé n'est plus encombré.

Lucien Gohoungo, représentant des camionneurs fait un point statistique : « Il y en avait au moins 700. Un an après, il ne reste plus que 50 camions semi-remorques. Ils ont trouvé un autre chemin. Ils font entrer leurs marchandises par le port »

Au lieu de rester éternellement bloqués, avec un chargement qui pourrit sous le soleil et la pluie et une facture de stationnement qui gonfle, les routiers ont fait le choix de faire entrer leurs marchandises au Nigeria par la mer. C'est ainsi depuis le 7 novembre 2019 : la nouvelle route est maintenant le port de Cotonou.

Des camionneurs restent coincés

Les camionneurs qui trainent encore à la frontière sont ceux qui ont été abandonnés par les propriétaires des marchandises qu'ils transportent, il leur faut de l'argent pour régler les taxes de stationnement... C'est le cas de ce routier : « Voici mon camion. Rien ne va. Je suis ici depuis 9 mois. Je n'ai plus aucun espoir ».

Il passe ses journées sous son camion ou sous une paillote avec ses collègues. Le représentant des camionneurs n'est jamais loin, il nourrit toujours des espoirs pour la réouverture : « On attend, un jour Dieu va rentrer dans leur cœur et la fin va arriver. »

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.