L'Afrique doit apprendre du Covid-19 et construire des chaînes de valeur régionales plus compétitives et résilientes grâce à la ZLECA

18 Août 2020

Addis-Abeba — Le Centre africain pour la politique commerciale (ATPC), de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), en collaboration avec l'Institut de développement d'outre-mer (ODI) basé au Royaume-Uni, a publié un document de travail intitulé « Le commerce africain et le Covid-19 : La dimension de la chaîne d'approvisionnement ». L'article étudie les effets de la pandémie sur le commerce et les chaînes de valeur en Afrique, avec un accent particulier sur l'Éthiopie et le Kenya, et le secteur pharmaceutique. Il formule également des recommandations politiques spécifiques sur la reconfiguration de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pour refléter les nouvelles réalités et les risques du 21ème siècle.

M. David Luke, Coordonnateur de l'ATPC, commentant le rapport, fait remarquer que les premières estimations pour l'Afrique sont claires, mais que les prévisions de croissance et de commerce cette année restent incertaines. Le COVID-19 a amplifié les défis commerciaux transfrontaliers de l'Afrique et la dépendance endémique des importations de produits alimentaires et médicaux essentiels. La mise en œuvre de la ZLECA doit être accélérée pour aider les pays africains à se remettre de la pandémie et faciliter l'émergence de chaînes d'approvisionnement africaines robustes et résilientes.

Le Covid-19 a provoqué des perturbations importantes dans les chaînes de valeur mondiales, par le biais de contractions de la demande et de l'offre induites par le confinement, de l'augmentation des coûts de transport et de transaction dans le commerce extérieur et de l'utilisation croissante des interdictions d'exportation. L'Afrique a été particulièrement exposée. Environ 82 pour cent et 96 pour cent des importations africaines de produits alimentaires et de produits médicinaux et pharmaceutiques, respectivement, proviennent de l'extérieur du continent. Le déplacement de l'épicentre du Covid-19 de la Chine, qui représente 11% des exportations africaines et 16% des importations, vers l'Europe, qui représente 33% des exportations africaines et 32% des importations, a également été problématique.

L'argument principal est que la pandémie a renforcé les arguments en faveur du développement des chaînes de valeur régionales intra-africaines et du déblocage du potentiel commercial du continent. Les pénuries alimentaires, les hausses de prix et les pannes dans les chaînes d'approvisionnement pharmaceutique sont généralisées et en augmentation. Au Kenya, les chaînes de valeur du thé et des fleurs coupées ont été durement touchées. Les restrictions appliquées aux vols de passagers à travers le monde ont réduit la disponibilité du transport pour des produits tels que les fleurs coupées et les produits agricoles frais. Les chaînes d'approvisionnement du café et des fleurs coupées en Éthiopie subissent également des effets négatifs, et le ralentissement des voyages internationaux a porté un coup dur aux services de voyage et de transport fournis par le transporteur aérien le plus prospère d'Afrique, la compagnie aérienne éthiopienne.

Une mise en œuvre rapide de l'Accord de la ZLECA sera cruciale pour accélérer le développement de marques « Fabriqué en Afrique » intégrées dans des chaînes de valeur régionales compétitives et solides. Le retard du début des négociations offre une fenêtre d'opportunité pour une réflexion créative sur la reconfiguration de la ZLECA pour refléter les nouvelles réalités et risques. Cela est nécessaire pour mieux positionner l'économie africaine face aux futurs chocs négatifs émanant de nouveaux virus et du changement climatique, entre autres. La pandémie met en évidence qu'un système de gestion de fournisseurs robuste qui prend en compte les dépendances et la proximité des sous-niveaux est une condition préalable à la chaîne d'approvisionnement d'aujourd'hui, et à son tour la nécessité d'utiliser la ZLECA comme tremplin pour développer la base industrielle de l'Afrique.

L'article présente un ensemble d'actions prioritaires nécessaires à la ZLECA pour construire des chaînes de valeur et des économies africaines compétitives et résilientes dans l'ère post-Covid-19. Celles-ci incluent des mesures pour peaufiner et finaliser les problèmes de la phase I, accélérer et aligner les problèmes de la phase II sur les priorités de santé publique, et lancer les négociations de phase III sur le commerce électronique afin de stimuler la connectivité numérique. La recommandation primordiale concerne un examen par les décideurs africains du programme intégré de la ZLECA pour introduire un nouveau programme de travail ambitieux de négociations simultanées sur les questions des phases 2 et 3, ainsi que la priorisation de la libéralisation de la santé et de l'éducation dans les services en 2021-2022.

Peut-être plus que toute autre industrie, la pandémie a mis en lumière la forte dépendance aux importations et la vulnérabilité du secteur pharmaceutique africain. Une meilleure intégration sur le continent offre une énorme opportunité pour l'industrie pharmaceutique. Pourtant, elle ne fournira pas une panacée à la dépendance excessive de l'Afrique aux produits pharmaceutiques sans un cadre ciblé qui intègre une prise de conscience des multiples voies dont le commerce peut avoir un impact sur les systèmes de santé. Pour y parvenir, l'article soutient que le secteur pharmaceutique doit être considéré comme un élément central de l'Accord de la ZLECA et priorisé dans les étapes initiales de la mise en œuvre.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.