Le 26ème ICSOE abordera les défis du Covid-19 et discutera des politiques de croissance tirée par le secteur privé en Afrique australe

19 Août 2020

Lusaka, Zambie — Une réunion consultative du Bureau du 25ème Comité intergouvernemental de hauts fonctionnaires et experts (ICSOE) d'Afrique australe a eu lieu le 17 août 2020 et a reconfirmé que le thème du 26ème ICSOE sera, « Politiques et stratégies pour une croissance efficace tirée par le secteur privé et la création d'emplois ». Ce thème s'appuiera sur le travail qui a été accompli lors des deux derniers ICSOE qui se sont concentrés sur l'appui au processus d'industrialisation en Afrique australe.

L'ICSOE est un sous-organe politique de l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU) issu de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique, de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), créé afin de fournir un forum visant à impliquer les principaux décideurs des États membres et experts sur les questions de politique et de programme dans chacune des cinq (5) sous-régions d'Afrique. Ledit Comité fait partie intégrante du mécanisme de gouvernance de la CEA et se réunit chaque année pour examiner, fournir des orientations et approuver la formulation et la mise en œuvre d'ensemble du programme de travail du Bureau sous-régional (BSR). La réunion consultative de ce mardi, a réuni des membres du Bureau du 25ème ICSOE d'Afrique australe à savoir, Eswatini (président), le Lesotho (vice-président) et le Malawi (rapporteur), des représentants de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) et le personnel du Bureau sous-régional pour l'Afrique australe (BSR - AS).

La réunion a été officiellement ouverte par M. Mluleki Sakhile Dlamini, Directeur des MPME, au Ministère du commerce, de l'industrie et du commerce, représentant le Gouvernement du Royaume d'Eswatini, Président du Bureau qui souligne que « cette réunion était une grande opportunité pour le Bureau, la SADC, le COMESA et le Secrétariat pour examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du programme de travail approuvé, examiner l'appui technique aux États membres et aux Communautés économiques régionales et réfléchir plus intensément aux nouveaux défis et opportunités régionaux ». Il souligne que la pandémie de COVID-19 et l'industrialisation sont des problèmes majeurs qui nécessitent un cadre pour soutenir le développement en Afrique australe. Il met en évidence que la pandémie a fait dérailler les programmes de développement prévus et exposé les fragilités structurelles de la région de l'Afrique australe, « y compris les dangers d'une étroite dépendance aux produits de base et les faiblesses des chaînes d'approvisionnement, ce qui peut compromettre invariablement la croissance économique régionale qui devra se contracter d'environ 4,5% cette année ».

Dans son allocution de bienvenue, Sizo Mhlanga, assurant l'intérim du BSR - AS, souligne également les progrès accomplis par le Bureau dans son soutien apporté aux États membres et aux autres parties prenantes malgré les défis du COVID-19. Il fait remarquer que la pandémie qui a accentué les défis auxquels étaient confrontés les États membres a vu la demande de soutien augmenter. Il informe le Bureau que le BSR a continué à soutenir les parties prenantes par le biais de réunions virtuelles telles que la réunion nationale des parties prenantes tenue le 3 août 2020 afin de fournir une plate-forme intégrée et inclusive pour le développement d'un modèle de financement efficace visant à répondre aux besoins et défis des micro petites et moyennes entreprises (MPME) dans le Royaume d'Eswatini. Il note que les recommandations du Bureau visant à recentrer le programme de travail envers l'appui destiné à lutter contre le COVID-19 seront prises en considération.

Les remarques liminaires ont été suivies par les rapports du BSR - AS sur les activités de la CEA, le soutien récent aux parties prenantes, la mise en œuvre du programme, les activités prévues et les défis dans l'exécution du programme. Les rapports du BSR - AS comprenaient : les activités de la CEA face à la pandémie du COVID-19, un appui technique récent aux États membres régionaux et aux Commissions économiques régionales (CER), un appui technique prévu aux États membres régionaux et aux CER et un rapport sur l'ICSOE sur les activités de la CEA en Afrique australe et le rôle du Bureau.

Pendant ce temps, la participation du COMESA et de la SADC a été la clé des discussions de la réunion sur l'intégration régionale, la Zone de libre-échange continentale africaine et les efforts d'industrialisation. M. Innocent Makwiramiti, Chargé principal du développement du secteur privé du COMESA informe la réunion que le défi COVID-19 est une opportunité pour l'Afrique australe de s'aventurer dans des domaines tels que « réorganiser la fabrication, renforcer la compétitivité du secteur par la consolidation et l'innovation, catalyser la consolidation de la formalisation des MPME, accélérer la transformation numérique, mobiliser des ressources régionales pour accroître la production industrielle et y compris le financement de la diaspora, promouvoir la fabrication régionale intégrée et domestiquer les politiques régionales ».

Il fait état de certains des projets régionaux tels que le 11ème Fonds de l'Union européenne (UE) (FED) visant à mettre en œuvre le Programme régional pour la compétitivité des entreprises et l'accès aux marchés (RECAMP) visant au développement du secteur privé en renforçant la compétitivité de celui-ci dans la région du COMESA. « Le Zimbabwe et la Zambie collaboreront davantage en créant des entreprises associées, qui utilisent la complémentarité des ressources nationales, des compétences à valeur ajoutée, de la technologie, du marketing et entre autres capacités. Les secteurs prioritaires avec un avantage comparatif comprendront l'agriculture et les agro-industries, l'exploitation minière et la transformation des minéraux, la pétrochimie, les engrais et les produits pharmaceutiques, les industries des biens d'équipement, les textiles, les industries forestières, les matériaux de construction et l'économie du savoir, entre autres », ajoute-t-il.

M. Johannsen Rutaihwa, Chargé principal de programme de la SADC - Industrialisation et compétitivité, a présenté la stratégie d'industrialisation de la SADC et indique que la SADC a soutenu 13 États membres dans le renforcement des capacités en utilisant la méthodologie « Améliorer la qualité des politiques industrielles » (EQuIP). Il informe la réunion que la SADC a élaboré des actions stratégiques clés visant à combler le fossé qui existe entre l'offre et la demande de produits dans quatre chaînes de valeur agro-industrielles hautement prioritaires à savoir, le riz, le blé, le soja et le coton ; élaboré et adopté également le Protocole sur l'industrie, un instrument juridique visant à améliorer et à harmoniser l'environnement politique pour le développement industriel et à soutenir la mise en œuvre de la stratégie et de la feuille de route d'industrialisation régionale ; a lancé le Conseil des entreprises de la SADC en août 2019 et mis en œuvre le Programme de mise à niveau et de modernisation industrielle (IUMP). En conclusion, il dit que « pour remédier à la rareté des compétences nécessaires pour accélérer le développement industriel, il est nécessaire de développer les aptitudes et les capacités de la SADC ».

La réunion a formulé des recommandations à l'encontre du BSR - AS, pour promouvoir au mieux l'industrialisation inclusive en Afrique australe en aidant les États membres régionaux et les CER à rebâtir plus solide et plus rapidement après la pandémie de COVID-19. Les recommandations du Comité garantiront que les impératifs de développement spécifiques des sous-régions soient pleinement reflétés dans le programme de travail global de la CEA. Le Comité a approuvé les 28 et 29 octobre 2020 comme dates pour tenir la 26ème réunion de l'ICSOE et a exhorté le Secrétariat à travailler avec les États membres pour des dispositions logistiques au niveau des pays afin de faciliter la convocation de la réunion virtuelle.

Publié par :

Le Bureau sous-régional pour l'Afrique australe

Commission économique pour l'Afrique (CEA)

B.P. 30647, Lusaka, Zambie.

Pour plus d'informations, contacter

Lavender Degre

Chargée de communication

ECA

Contact: Lavender.degre@un.org

Tel: (260)966797779

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.