Congo-Brazzaville: 1960-2020 - Les styles rétrogrades toujours en vogue

Vestes, pantalons, jupes, robes, salopettes, etc., la tendance mode d'aujourd'hui se coïncide fortement avec le style rétro des années soixante. Zoom sur ces articles et styles indémodables qui continuent de faire mouche auprès des adeptes du secteur.

À l'aube des 60 ans d'anniversaire de l'indépendance du Congo, l'heure est à la commémoration. Et qui dit célébration, dit sape. Force est de constater que grâce à l'ingéniosité et au talent des couturiers ainsi que des créateurs, la mode actuelle s'inspire beaucoup de celle des année 1960 pour intégrer des éléments essentiels dans ses collections de vêtements et accessoires de mode.

Durant la période post indépendance, les femmes congolaises avaient un style s'apparentant à celui de l'occident avec des mini-robes en col « Claudine », des jupes « midis », des tops, des hauts dénudés au niveau des épaules... Effectivement ces styles figurent parmi les tendances actuelles qui se modernisent simplement en fonction des coupes et tissus utilisés pour leurs confections. « Personnellement, j'ai comme l'impression que la mode ne change pas mais elle se réinvente simplement au fil du temps. Les tenues que portaient ma mère ou ma grand-mère dans les années antérieures sont bel et bien celles que j'arbore aujourd'hui », nous a confié Michelle Douani, la trentaine et passionnée de mode.

En parlant du retour au source, on ne saurait oublier les fameux pantalons « Pattes d'éléphant » ou « moulants », les chemises et blouses aux manches bouffantes, les mini-culottes évasés, les jupes et robes portefeuilles ou encore les vestes oversize. Selon Ali Coulibaly, vendeur de prêt-à-porter d'origine malienne, ces looks sont ceux qui s'arrachent le plus vite par rapport à d'autres. Pour preuve, les bloggeuses et boutiques de vêtements congolaises proposent une panoplie de styles similaires sur la toile.

De même le « demi-Dakar », désignée autrefois comme une veste dont la couleur ne correspond pas avec celle du pantalon ressemble aujourd'hui, selon le langage de la jeune génération congolaise, au crop top, c'est-à-dire un haut très court qui s'arrête juste au-dessus du nombril. Que ce soit dans les années 1960 ou encore aujourd'hui, les deux tendances s'affirment et plaisent à bon nombre de femmes.

Du côté du pagne, on remarque que le tissu demeure toujours dans les habitudes des Congolais. Le pagne, comme dans l'ancien temps, continue d'accorder un certain prestige à ceux qui le portent. Il se présente sur le marché de la mode sous plusieurs formes : robe, pantalon, culotte, veste, combinaison, jupe, foulard, chemise, haut simple, etc. A cela s'ajoute son usage pour l'habillage des sacs, boucles d'oreilles, chaussures, agenda, coques de téléphones et biens d'autres.

Le pagne reflète l'identité et la splendeur de l'Afrique en général et du Congo en particulier. Les marques congolaises comme Talansi, Otouh collection, Mama styliste ou encore Cousu-main en font de véritables merveilles, suscitant l'admiration. « A côtés des tenues occidentales que je copie, le pagne reste mon préféré. C'est vrai que je ne le porte pas comme à la vieille époque, c'est-à-dire un pagne simple accompagné d'un haut très large appelé « mode popo » ou cintré, dit taille. Je préfère les robes et ensembles en format moderne », a déclaré Dominique Mouanga.

Chez les hommes

Contrairement à la mode féminine, chez les hommes on remarque un changement radical. En effet, si l'accoutrement ancien était celui de gros pantalons droits ou pattes d'éléphant, aux chemises et vestes très larges ou body très serrés, il n'en est plus trop le cas aujourd'hui, exception faite aux artistes de rap ou pop qui sont restés fans de ce style. «Ces tendances ont perduré jusqu'au début des années 2010 et on l'adorait. Mais, aujourd'hui, s'habiller de la sorte est synonyme de se couvrir de ridicule et pire d'être la risée de tous en public », en pense Ben Obami, la cinquantaine révolue.

La tendance masculine actuelle prévaut avec des pantalons slims ou droits, des chemises et vestes près du corps, le mixage des couleurs dans la composition du look. Néanmoins, le style « demi-dakar » reste en vogue. Et on remarque également l'adhésion des hommes pour des tenues en tissus africains, tels le pagne, le bazin, le bogolan...

Concernant les jeunes garçons de Brazzaville, leur habillement s'identifie énormément à celui des Européens et Américains. Des tenues pas toujours au goût de tous car, pour certains, le port des pantalons jeans serrés en taille basse ou des shorts et cinglés en milieu public ne reflètent pas les mœurs africaines.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.