Afrique: Journée mondiale de l'aide humanitaire

UNAMID and Agencies Deliver Aid to Darfur Area Isolated by Fighting.

Nous honorons et célébrons les travailleurs humanitaires en première ligne qui font des choses extraordinaires à un moment extraordinaire. Les travailleurs humanitaires sont sollicités comme jamais auparavant. Ils luttent contre la pandémie COVID-19 et aident les personnes touchées par celle-ci, poursuivent leur travail de secours tout en faisant face au plus grand déficit de financement et aux pires restrictions d'accès de notre histoire.

Né il y a 39 ans à Niamey, Abdou s'est engagé à aider les communautés du Niger à rester en bonne santé et en sécurité tout au long de sa carrière. Abdou a décidé de devenir bénévole pour la Croix-Rouge du Niger après que son meilleur ami se soit retrouvé partiellement paralysé par la polio.

Aujourd'hui, Abdou est impliqué dans le Programme élargi de vaccination (PEV), dans la gestion de la malnutrition et dans toutes les campagnes de vaccination, y compris la polio en tant qu'informateur, vaccinateur et superviseur. Une grande partie de son travail consiste à convaincre les familles de vacciner leurs enfants contre la polio malgré la résistance des chefs de communauté.

En 2004, Abdou a suivi une formation d'aide-infirmier. Il a ensuite commencé à travailler comme secouriste et brancardier à l'hôpital national de Niamey. En 2007, il s'est porté volontaire dans le cadre du programme de gestion de la malnutrition dans un centre de santé intégré du quartier Lamordé de Niamey. En 2014, il s'est installé au Centre de santé intégré de Zarmagandeye, également à Niamey, où il continue à servir.

En plus de travailler sur les campagnes de vaccination, notamment pour la campagne contre la polio, en tant que vaccinateur et superviseur, il travaille également dans le programme de gestion de la malnutrition.

Selon Abdou, le plus grand défi dans son travail est de créer un climat de confiance avec les communautés pour leur faire comprendre que les vaccinations sauvent des vies.

Dr. Marie Belizaire

Epidémiologiste d'Haïti, actuellement en République centrafricaine (RCA)

Marie est une épidémiologiste et spécialiste de la santé publique d'Haïti qui a répondu aux épidémies de maladies, notamment la fièvre jaune, la dengue, le virus Ebola et maintenant le COVID-19, partout Afrique. Elle a rejoint l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en République démocratique du Congo pour y combattre l'épidémie du virus Ebola et travaille maintenant dans un contexte de violence et d'insécurité en République centrafricaine pour contenir COVID-19.

"Ce qui me tient éveillé la nuit, c'est de penser à la manière dont nous répondrions si une nouvelle maladie apparaissait dans les zones de guerre de la RCA en même temps que nous faisons face à cette pandémie. En plus, protéger mon équipe à la fois du virus et de la violence, tout en essayant d'atteindre les plus vulnérables... Et tous ceux qui meurent dans les ambulances parce que nous les atteignons trop tard".

Marie a suivi une formation en médecine à Cuba, avec une spécialisation en médecine communautaire, puis est allée en Espagne pour étudier l'épidémiologie. Elle a ensuite poursuivi une maîtrise en santé publique et poursuit actuellement un doctorat.

Ce qui me tient éveillé la nuit, c'est de penser à la manière dont nous répondrions si une nouvelle maladie apparaissait dans les zones de guerre de la RCA en même temps que nous faisons face à cette pandémie. En plus, protéger mon équipe à la fois du virus et de la violence, tout en essayant d'atteindre les plus vulnérables... Et tous ceux qui meurent dans les ambulances parce que nous les atteignons trop tard.

Marie a commencé à travailler sur la prévention et le traitement du VIH dans les régions reculées d'Haïti. Elle a ensuite travaillé pour 'Epicentre in Europe', un projet de santé couvrant 27 pays méditerranéens et visant à coordonner les interventions de santé publique.

En 2015, Marie a rejoint l'OMS pour travailler sur la préparation au virus Ebola en Afrique de l'Ouest, en formant le personnel de l'OMS dans toute la région. Depuis lors, elle a répondu à plusieurs épidémies avec l'OMS, notamment la fièvre jaune en Angola, la fièvre de la vallée du Rift et la dengue en Mauritanie, puis le virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

Pour la réponse au virus Ebola en RDC, en tant que coordinatrice sur le terrain et responsable des incidents, Marie a travaillé au Nord-Kivu pour mettre en place la recherche des contacts et coordonner la réponse. Elle a ensuite fait de même dans tout le pays, y compris dans les points chauds de Butembo, Bunia et Manguine.

Au début, il a été très difficile d'établir la confiance en RDC. Marie a expliqué : "Ils ne font pas confiance aux étrangers. J'ai demandé à mes collègues de stratifier la communauté pour identifier qui a de l'influence et avec quels groupes nous devrions travailler. Nous avons travaillé avec des motards, des associations de femmes, des associations de conducteurs, des associations de voyage, des associations de patients, des groupes de femmes et des travailleurs du sexe. Nous n'avons laissé personne derrière nous".

Marie est allée dans les villages et s'est assise avec des groupes de miliciens et a partagé leur repas pour établir la confiance. "Si vous mangez avec eux, ils vous feront confiance", dit-elle.

Cette année, l'OMS a envoyé Marie en République centrafricaine (RCA) pour aider à mettre en place la réponse COVID-19. Il y a de nombreuses leçons à tirer de l'expérience d'Ebola pour la mise en place de la réponse COVID-19 en RCA, dit-elle.

Tout d'abord, la communauté doit être au centre de toute réponse à l'épidémie - des premiers stades jusqu'à la fin. Deuxièmement, il faut adopter une stratégie gagnant-gagnant qui va au-delà de la réponse à la maladie. "Vous devez vous concentrer sur ce que vous laissez derrière vous une fois la maladie terminée, notamment en répondant aux besoins fondamentaux des gens", explique-t-elle. Troisièmement, il est vital de bien rechercher les contacts. Cela peut être compliqué avec COVID-19, car les gens peuvent être exposés plusieurs fois, et il est donc difficile de savoir qui est la source.

"Nous avons formé 16 000 personnes à la recherche de contacts au Nord-Kivu et nous avons maintenant la possibilité de mettre en place un tel système ici en RCA," dit-elle.

Marie aime travailler dans la médecine communautaire. "J'ai choisi la médecine communautaire parce que je veux être avec la communauté et travailler avec elle. J'ai grandi dans une grande famille. J'avais l'habitude d'aller au village - j'aime être et travailler dans ces endroits. La meilleure chose que nous puissions faire est d'éviter aux communautés d'avoir à être soignées en les gardant en bonne santé. Tout peut être évité au niveau le plus élémentaire.

Je suis allée à Cuba et j'ai vu comment la médecine se développe au niveau de la famille et de la communauté. Les médecins vivent dans leurs communautés, et ils savent tout sur la santé et les maladies de leurs patients. Quand vous êtes avec la communauté, vous êtes assis pendant que vous les écoutez vous dire ce qu'ils ressentent".

Et d'ajouter : "Je ne dis jamais non à une mission quand je vois des gens qui ont besoin de mon aide. Quand je suis utile, cela me permet de remplir ma vie".

Ismael, 38 ans. Entrepreneur agricole originaire du Bénin

Entrepreneur agricole du Bénin, aujourd'hui dans le nord de l'Italie

Ismaël est venu en Italie pour rejoindre son oncle après que des difficultés économiques l'ont forcé à quitter le Bénin. Il a commencé à cueillir des fruits pour s'en sortir. En 2010, de violentes émeutes ont éclaté dans le sud du pays, déclenchées par l'assassinat de deux migrants. Ismaël et d'autres migrants ont été évacués de la région et emmenés dans un centre pour migrants.

Dans ce centre, Ismaël a rencontré le futur fondateur de Barikama, une coopérative agricole gérée par des migrants africains en Italie. Ils sont restés en contact étroit jusqu'à ce qu'Ismael décide de rejoindre la coopérative en 2014.

Pendant le confinement de COVID-19, les membres de Barikama ont décidé d'aider les personnes en confinement en leur livrant des colis alimentaires.

"Nous avions peur aussi, mais nous ne pouvions pas imaginer laisser tomber les gens", dit-il.

Fournir de la nourriture saine aux plus vulnérables de la communauté, comme les personnes âgées qui craignent de quitter la maison, est ce qui motive Ismaël et ses partenaires commerciaux.

La coopérative Barikama est devenue très active - Ismaël a dit qu'il travaillerait 16 heures par jour. Mais il était motivé pour faire ce travail en raison de la capacité "d'être indépendant et de gagner sa vie de manière décente tout en permettant aux autres de suivre le même chemin".

Leur entreprise est un important unificateur dans la communauté ; ils emploient des migrants ainsi que des locaux handicapés.

Ismaël parle des soins apportés à sa communauté à un moment où elle en avait le plus besoin : "Pendant le confinement de COVID-19, nous avons pensé que nous devions aider les gens et apporter notre contribution à ce pays - aider nos clients qui nous faisaient confiance et nous aidaient à développer notre entreprise, mais aussi d'autres personnes souffrant pendant la pandémie".

Dr. Umra Omar

Médecin et fondatrice, Safari Doctors, Kenya

Umra, originaire de l'archipel de Lamu au Kenya, est la fondatrice de Safari Doctors, une unité médicale mobile qui fournit des soins médicaux de base gratuits à des centaines de personnes chaque mois dans plus de 17 villages de Lamu.

Alors que les soins de santé modernes sont calqués sur les réalités urbaines, 70 % de la population kenyane vit dans des zones reculées. Un changement de perspective essentiel a consisté à ne pas considérer les soins de santé comme statiques, mais comme quelque chose qui pourrait réellement atteindre les personnes qui en ont besoin.

Je pense que le travail humanitaire doit cesser d'être un "truc en passant". Il devrait être quelque chose que nous vivons comme la norme", dit Umra.

Mohamud Mohamed

Coordinateur de terrain dans le désert et entomologiste de Somalie

Mohamud s'est toujours intéressé à l'agriculture. Il vivait avec sa grand-mère en Somalie, et il a planté un jardin pour qu'elle n'ait pas à acheter des légumes au marché.

Mais les insectes détruisaient le jardin, ce qui a donné envie à Mohamud d'en apprendre plus sur la façon de s'en occuper.

"Quand je suis allé à l'université, je m'intéressais à deux choses : la médecine et l'agriculture.

Lors de notre initiation à la médecine, j'étais aux urgences quand ils ont amené une jeune fille avec une jambe cassée et qu'ils ont dû l'amputer. J'ai alors décidé que la médecine était trop cruelle, alors j'ai décidé de travailler dans l'agriculture - pour étudier les insectes", dit-il.

Mohamud a rejoint l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en avril pour aider à lutter contre l'invasion de criquets en Somalie et dans les pays voisins.

Nous luttons contre les criquets parce qu'ils font verser des larmes aux gens. Imaginez un fermier qui a un petit pot d'argent pour alimenter sa ferme - il l'utilise pour préparer la terre, il engage des gens pour labourer pour lui, il achète de l'eau pour les cultures, et après avoir fait tout cela, les criquets viennent par milliers et détruisent tout ce qu'il avait en un jour. Il sera très triste. C'est ce qui me pousse à faire ce que je fais.

Il explique : "Nous luttons contre les criquets parce qu'ils font verser des larmes aux gens. Imaginez un fermier qui a un petit pot d'argent pour alimenter sa ferme - il l'utilise pour préparer la terre, il engage des gens pour labourer pour lui, il achète de l'eau pour les cultures, et après avoir fait tout cela, les criquets viennent par milliers et détruisent tout ce qu'il avait en un jour. Il sera très triste. C'est ce qui me pousse à faire ce que je fais".

Les invasions de criquets dévastent des économies locales entières, brisant toute la chaîne d'approvisionnement, affectant les agriculteurs et les éleveurs, les personnes qui fournissent les engrais et les semences et qui transportent la nourriture au marché, tout en faisant monter le prix des denrées alimentaires sur les marchés. "Vous pouvez donc imaginer le nombre de personnes qui perdront leur emploi lorsque les criquets détruiront leurs récoltes", dit Mohamud.

Mohamud et l'ensemble de l'équipe de la FAO essaient de gérer les criquets avec un savoir-faire, des véhicules et des bio insecticides. "Je suis un scientifique, donc je calcule d'abord ce qu'il faut protéger. D'abord, la terre cultivée, puis le site de pâturage des animaux. Je suis méthodique".

Mohamud et son équipe localisent les lieux où se trouvent les criquets. Puis ils essaient de les contrôler dans leurs premiers stades, lorsqu'ils sont en bandes larvaires et ne peuvent pas encore voler. "Si nous les localisons, nous creusons un grand trou profond et nous les enterrons. Dans ce cas, il n'y a pas besoin de produits chimiques", explique Mohamud. Mais si les criquets arrivent à maturité et que leur nombre augmente, ils utilisent des biopesticides récoltés à partir de micro-organismes trouvés sur les criquets mourants - ceux-ci sont conçus pour tuer uniquement les criquets, pas les autres créatures. "En gros, nous contrôlons un organisme vivant avec un autre."

La plus grande difficulté est lorsque les criquets se reproduisent dans les pays voisins - Ethiopie, Yémen - et qu'ils pondent des œufs dans de nombreux sites différents en Somalie. Ils sont difficiles à détecter, et lorsqu'ils éclosent, ils détruisent tout ce qui est vert. "Si c'est vert, ça va devenir blanc. Quand je vois une crise comme celle-ci se dérouler, je suis motivé pour faire tout ce que je peux".

Isaac Otieno

Coordinateur d'éducation avec l'ONG Nile Hope, originaire du Kenya et actuellement au Sud-Soudan

Isaac est titulaire d'un master en planification et recherche. Il a travaillé pendant cinq ans comme coordinateur de l'éducation pour l'ONG Nile Hope. Il supervise le fonctionnement de sept programmes d'éducation, qui couvrent la promotion de la scolarisation, l'amélioration de la qualité de l'éducation, la fourniture de soins psychosociaux par l'éducation et un programme d'alimentation scolaire financé par l'OCHA dans les zones d'insécurité alimentaire. Il fait également partie du groupe consultatif pour la réponse de l'éducation nationale, jouant un rôle clé dans la coordination des ONG nationales, de l'UNICEF, d'autres agences des Nations unies et du gouvernement.

Isaac s'est rendu pour la première fois au Sud-Soudan en 2015 en tant que consultant afin de procéder à une évaluation de programme suite à l'éclatement d'un conflit en 2013. "C'était une période très difficile", a-t-il déclaré. "Je suis retourné au Kenya et j'ai réalisé que je voulais m'impliquer dans le travail humanitaire pour faire quelque chose pour les plus vulnérables. Je voulais me concentrer sur les enfants, alors j'ai décidé d'utiliser mon diplôme de planification et de recherche pour m'impliquer dans l'éducation".

L'un des plus grands défis du travail au Sud-Soudan est l'insécurité, car le groupe d'aide d'Isaac travaille dans des régions très éloignées du pays, avec différentes factions qui contrôlent chaque endroit. Les tensions intercommunautaires sont très fortes. Isaac explique : "Parfois, nous sommes en plein travail et les choses peuvent s'embraser. Le vol de bétail est un énorme problème dans certains des comtés où nous travaillons. Cela déstabilise tout parce que cela conduit à des attaques de vengeance et cela peut conduire à de terribles massacres".

Un membre du personnel a été tué lors d'une tuerie par vengeance au début de l'année. L'accès est également très difficile, en particulier dans les zones où les routes sont mauvaises. "Pendant la saison des pluies, il faut marcher jusqu'à huit heures dans la boue jusqu'aux genoux pour atteindre les sites de nos programmes", a-t-il déclaré.

Cette année a été la plus difficile à ce jour pour Isaac. Il n'a pas vu sa famille depuis sept mois à cause du verrouillage de COVID-19 et des écoles qui sont fermées, avec de nombreux enfants qui ne peuvent pas accéder aux services de radio-apprentissage et moins d'enseignants disponibles sur lesquels s'appuyer. "Il y a tellement de groupes d'enfants qui se perdent de vue", explique Isaac. Les éducateurs ont un plan de retour à l'apprentissage, mais il manque d'argent pour le mettre en œuvre. Mais Isaac continue à travailler pour l'impact de son travail. Ce qui me motive, dit-il, c'est le type de changement que je vois dans la vie des personnes vulnérables. Vous le voyez dans les yeux des apprenants - et c'est ce qui me permet de continuer. Les Sud-Soudanais ne sont pas dépendants, ce sont des leaders. Ils veulent faire avancer les choses".

Isaac fait référence à un projet dans le comté de Twit, près de Wau, où les organismes d'aide construisaient un espace d'apprentissage temporaire pour les enfants, mais avec un budget très limité. Ils ont décidé de construire dans la boue, mais lorsqu'ils ont consulté la communauté, les membres ont dit : "Nous ne voulons pas de salles de classe en boue, nous les voulons en briques, et nous allons aider à fabriquer les briques et à les construire. Donc, au lieu de faire une classe semi-permanente, nous en avons fait une permanente". Ils ont ensuite adopté et appliqué ce modèle dans tout le pays.

Kalkidan Gizaw

Infirmière à Addis-Abeba, Ethiopie

Kalkidan a commencé à travailler comme infirmière dans les zones rurales avant de se rendre dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, pour travailler dans un centre de santé de district en tant qu'infirmière junior. Après plusieurs promotions, elle gère maintenant l'unité de coordination des urgences et adore son travail.

"L'environnement de travail est tellement dynamique et chargé, ce qui me donne une énorme opportunité d'apprendre", dit-elle.

Kalkidan travaille sur les soins prénataux, néonataux et postnataux, et dirige un programme de vaccination pour les nourrissons et les enfants. Lorsque le COVID-19 a frappé, de nombreuses mères ne voulaient pas quitter la maison pour accoucher, alors Kalkidan a mis sur pied une équipe pour sensibiliser les femmes enceintes de la communauté afin de les convaincre de venir se faire examiner et vacciner. "C'était très difficile de les convaincre, mais la nouvelle s'est finalement répandue et elles ont recommencé à utiliser nos services", dit-elle.

"J'ai grandi dans cette communauté, et cette communauté m'a aidée à apprendre et à exceller dans ma profession. Les servir maintenant, en réponse à COVID-19, me rend heureuse", dit Kalkidan.

Récemment, elle et son équipe ont dû convaincre un mari de laisser sa femme enceinte se rendre au centre de santé après avoir manqué trois mois de contrôles et dépassé la date prévue pour l'accouchement. Le travail a commencé dès son arrivée et les infirmières l'ont aidée à accoucher de jumeaux après un long travail. Accoucher des jumeaux à la maison aurait été extrêmement risqué, et ils l'ont attrapée juste à temps, dit Kalkidan. "Ce fut le plus beau jour de ma vie pour ma carrière jusqu'à présent."

Dr. Narcisse Stéphane Ongtiga Biansere

Directeur médical adjoint et point focal COVID-19 à Bangui, République centrafricaine

Médecin pendant 7 ans, le Dr Narcisse a rejoint le secteur humanitaire en 2014, un an après avoir terminé ses études de médecine à Bangui en RCA.

Soucieux de rétablir la paix dans son pays et d'améliorer l'accès aux services de base, il dit avoir su dès son plus jeune âge qu'il devait être médecin.

Il est difficile de travailler en République centrafricaine, et surtout dans les régions reculées. Les routes sont endommagées, cela peut prendre des heures pour se rendre dans un village. Certaines régions du pays sont dangereuses, l'insécurité rend difficile l'accès aux populations vulnérables.

Mais ce qui peut être considéré comme une difficulté est une motivation pour le Dr Biansere qui se sent encore plus obligé d'aller là où ses compatriotes ont le plus besoin d'aide.

"L'engagement communautaire est la clé pour mettre fin à la COVID. Les gens s'interrogent sur ce que disent les médecins et les experts de la santé. La communauté humanitaire doit donc poursuivre ses efforts et s'adresser aux communautés".

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.