Congo-Kinshasa: 100 jours - L'avocat de Samih Jammal relève les irrégularités du verdict rendu au premier degré

Invité dernièrement sur l'émission « Face à face spécial » de la radio Top Congo FM, Me Jamal Taleb, l'un des avocats conseils de l'homme d'affaires Samih Jammal a affirmé, lors de la série de questions-réponses soumise par les professionnels de media, que son client n'a reçu qu'environ 2,1 millions des 57 millions de dollars qu'il est accusé d'avoir détournés.

De cet effet, l'auxiliaire de la justice estime que la décision judiciaire du Tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe qui siégeait en audience foraine à la prison centrale de Makala, était entachée de plusieurs irrégularités par la forme et le fond.

Dévoilant clairement la défense de son client sur les ondes de la Radio Top Congo, à quelques heures de la reprise du procès 100 jours en appel de Vital Kamerhe et Samih Jammal, Me Jamal Taleb, invité à l'émission «Face à face spécial» de la radio Top Congo, a relevé ce qu'il qualifie d'irrégularités du jugement rendu au premier ressort par le juge du Tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe. Ce dernier s'étonne du fait que son client soit même accusé d'avoir détourné des fonds publics, alors qu'il n'est pas agent public. «Mon client n'est pas agent public. Il n'est pas dépositaire des prérogatives de puissance publique, mais il n'est pas non plus chargé d'une mission de service dans laquelle, il est appelé à gérer des fonds publics », a-t-il argumenté sur topcongo.

Avant de poursuivre : l'accusation de détournement de deniers publics ne concerne donc en rien son client. Précise-t-il que le verdict rendu a été entaché de beaucoup d'erreurs d'appréciation tant sur la forme que le fond. Et ceci, surtout que selon lui, ce procès n'a pas pu démontrer la culpabilité de son client.

Dans cette même foulée, l'avocat de l'homme d'affaire n'avait pas manqué de faire une démonstration chiffrée pour prouver l'innocence de son client. Pour y arriver, le précité démontre que le patron de Samibo, qui est son client n'avait perçu qu'environ 2,1 millions du total de 57 millions de dollars évoqué pour le contrat de 3 000 maisons préfabriquées. « Mon client, sur la somme prévue 57 millions, n'avait touché que 2,1 millions. Etant professionnel, il n'a pas attendu d'être payé, parce qu'un planning de décaissement a été envisagé, programmé et même signé. Il s'est tout de suite engagé, avec son partenaire turc, pour commencer la fabrication », a lâché le juriste sur les ondes du Top Congo.

D'après l'avocat, les 1 000 maisons sont actuellement prêtes en Turquie pour la livraison. « Il n'y a donc pas de raison de penser qu'il y a eu détournement des deniers publics encore moins non-réalisation du travail pour lequel il a contracté avec l'Etat congolais », a confirmé Me Jamal Taleb.

Il sied de noter que cette intervention médiatique de l'avocat de Samih Jammal avant la reprise du procès en appel prévue pour ce 21 août 2020, donne le souffle aux tiens de rêver un acquittement pur et simple dans les jours qui suivent.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.