Burkina Faso: Plus de 3 millions de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë

La FAO et le PAM collaborent afin de faire face aux crises au Burkina Faso en fournissant une aide alimentaire et un soutien aux moyens d’existence aux personnes déplacées et aux communautés hôtes.
communiqué de presse

Il est urgent de fournir une aide humanitaire et d'investir dans les moyens d'existence et les services sociaux sur le long terme

21 août 2020, Ouagadougou - Une action urgente et soutenue est nécessaire pour faire face à l'aggravation de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso, estiment l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, citant de nouvelles données alarmantes. On estime que quelque 3,3 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë pendant la période de soudure actuelle, qui précède la récolte de septembre.

La dernière analyse du Cadre harmonisé indique une augmentation de l'insécurité alimentaire aiguë de plus de 50 % depuis la dernière évaluation de la situation faite en mars au Burkina Faso. Selon les experts, la crise a été exacerbée par l'impact du COVID-19 sur la capacité des populations à gagner de l'argent pour couvrir leurs besoins quotidiens dans un pays déjà en proie aux conflits et au changement climatique.

Deux provinces de la région du Sahel - Oudalan et Soum - sont entrées dans la phase d'urgence de l'insécurité alimentaire, telle que définie par le Cadre harmonisé. Environ 3 % de la population de ces provinces au nord du pays connaîtrait des niveaux catastrophiques d'insécurité alimentaire aiguë et serait confrontée à des écarts de consommation alimentaire extrêmes, ce qui se traduirait également par des niveaux alarmants de malnutrition aiguë. Un grand nombre des personnes les plus affectées ont abandonné leurs foyers en raison des attaques dans la région.

"Nous constatons une détérioration alarmante de la sécurité alimentaire dans les régions les plus touchées du pays", a déclaré David Bulman, directeur et représentant du PAM au Burkina Faso. "Nous devons prendre des mesures immédiates pour inverser cette tendance dans les deux provinces. Ce ne serait rien de moins qu'un désastre si l'avenir de toute une génération se retrouvait brisée par les effets conjugués des conflits, les déplacements et la faim".

"La pandémie du COVID-19 aggrave davantage une situation qui se détériorait déjà à un rythme inquiétant, poussant de plus en plus de personnes dans une crise alimentaire grave et une insécurité alimentaire aiguë", a déclaré Dauda Sau, représentant de la FAO au Burkina Faso. "Nous pouvons inverser cette tendance si nous agissons maintenant en soutenant le gouvernement pour protéger les moyens d'existence, augmenter rapidement la production et la disponibilité alimentaires locales, et aider les populations rurales à accéder à la nourriture".

Parmi les personnes les plus menacées, on compte les petits exploitants agricoles et les éleveurs. Si une aide humanitaire d'urgence pour sauver des vies et les moyens de subsistance est nécessaire pour répondre aux besoins immédiats, il en va de même pour les investissements à long terme dans les moyens de subsistance et les services sociaux en milieu rural qui, selon les experts, peuvent contribuer à renforcer la cohésion sociale et à favoriser la paix.

La FAO et le PAM ont répondu à la crise au Burkina Faso en fournissant une assistance alimentaire associée à la protection des moyens de subsistance et au soutien des personnes déplacées ainsi que des communautés d'accueil qui les reçoivent.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.