Congo-Kinshasa: Les immortelles chansons d'Afrique - « Diva » de Koffi Olomide

Avec sa rumba soukous love et une voix suave, Koffi Olomidé s'est attiré, au fil des années, une foule de fans. Dans son riche répertoire musical, « Diva » occupe une place de choix.

Enregistrée à Bruxelles, en Belgique, au studio de La Madeleine, en 1985, cette chanson a eu du mal à gravir les cimes du succès. Cette période est, en effet, dominée par les artistes populaires tels qu'Evoloko, wemba, Bozi Emeneya, Tabu Ley et Mbilia Bel, etc. Quelques orchestres de grande renommée, à l'instar de Zaïko Langa Langa, vont également investir la scène musicale kinoise. Malgré cet obstacle, « Diva », comme le vin, va se bonifier avec le temps. A mesure que la notoriété de Koffi s'affermissait, nombreux de ceux qui ne s'intéresser guère à ses chansons commencèrent à les écouter attentivement et comprirent la profondeur de ses textes poétiques.

« Diva bien aimée, laisse-moi t'aimer. Yoka nzembo na ngai ya bolingo. Kolula éléki ékomi kokoma lisumu. Mosuni ya moto soki baliaka bileyi, nako koma cannibale Nzambé alibisa ngai, nalia oyo yayo po yo na ngai tokoma mosuni moko, lokola mama na bébé nayé na zémi. Oh yo Diva, longwaka nanu na mpongui, fungola motéma na moto oyo alingui yo koléka nioso tout. Nini oyo osali ngai bolingo ékomi kokabola ngai makila, moléma. ». En français, on peut comprendre : « Diva bien aimée, laisse-moi t'aimer, écoute ma chanson d'amour. Mon amour pour toi déborde tellement que cela devient un péché. S'il était permis de manger de la chair humaine, je serais cannibale, que Dieu m'en pardonne, je mangerais ta chair pour que toi et moi devenions une seule chair comme une femme enceinte l'est avec son bébé. Oh Diva, réveille-toi enfin de ton sommeil, ouvre ton cœur à celui qui t'aime plus que tout. Que m'as-tu fait pour que l'amour arrive à scinder mon sang avec mon âme ».

Ces paroles sont ponctuées par la guitare solo de Zangui Poli Kounda, dit Béniko Popolipo. Le rythme mélodique est soutenu par la batterie de Meridjo, la percussion de Didier Boluwé, la tumba de Mandjeku. Arrangé par Béniko, l'album a connu la participation de Josky Kiamboukouta, Défao, Débaba et Carlyto en chœur. Kiki Ewing y assure l'animation et Roland Leclerco en est l'ingénieur de son. Il faut dire qu'avec la collaboration de ces artistes, cet opus mettait déjà en lumière la vision de Koffi Olomidé de fusionner plusieurs styles des artistes et orchestres kinois en vogue. C'est sans doute l'un des secrets de sa réussite vers la voie de la gloire. Il naquit le 13 août 1956 à Kissangani, avec comme nom à l'Etat civil, Antoine Agbepa Mumba. Il est compté parmi les artistes africains les plus prolifiques dans le gotha musical. Il est venu à la musique comme parolier. Encouragé à chanter par Emeneya, il ne laissera plus jamais le micro. En 1986, il crée le quartier Latin. Deux ans après, il est plébiscité meilleur auteur-compositeur du Zaïre. Il a su représenter la musique congolaise au-delà des frontières et a côtoyé les grandes références de la musique africaine et occidentale.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.