Guinée: Conakry - Imbroglio judiciaire autour d'un vaste domaine à Lambanyi

C'est suite à la destruction des maisons des citoyens à Lambayi que ces familles victimes ont décidé de porter plainte contre l'un des plus grands hommes d'affaire en Guinée, à la personne de Kerfala Person Camara, alias KPC et trois hauts officiers de l'armée.

Elles sont une vingtaine de familles qui ont été victimes d'être déguerpies de force à Lambayi, dans la commune de Ratoma à profil du Président Directeur Général du groupe GUICOPRES, KPC. Dans la note le cabinet d'avocat qu'ils ont saisi, c'est précisé que cette plainte concerne notamment le colonel Mohamed Cissé (CYBORG), le commandant de la gendarmerie escadron n°2 de Hamdallaye. Ces hauts officiers de l'armée sont accusés d'avoir été corrompu seraient en complicité après avoir été corrompus par KPC.

Nous pouvons lire entre autres dans la plainte, les plaignants étaient des jeunes volontaires qui devraient être engagés dans les effectifs des forces armées de la République de Guinée au temps de feu Général Lansana Conté.

« En attendant de leur enrôlement dans les effectifs des forces armées de la république de Guinée, feu Général Lansana Conté a décidé de les poster à Lambayi pour veiller sur son domaine et la sécurité du quartier. A la suite du décès de ce dernier, son fils feu Colonel Ousmane Conté les a maintenu sur les lieux ».

Poursuivant la même note, c'est écrit que dans le but de récompenser pour les nombreuses années de loyaux services rendu à leur famille, feu colonel Ousmane Conté les gratifié de six parcelles dans leur domaine familial situé dans le secteur de Lambayi Mosquée, dans la commune de Ratoma.

« Ainsi, une attestation de cession fut établie dans ce sens par feu Colonel Ousmane Conté à la date du 31 juillet 2010 devant la présidente du Conseil de quartier d'alors Madame Fatou Bobo Doumbouya. Ce document a été librement signé par les parties et visé par maître Lanfia Kouyaté, huissier de justice ».

Plus loin, on peut dire que dix (10) ans après cette cession, la propriété des plaignants est maintenant troublée Monsieur Kerfala Person Camara, président directeur général du groupe GUICOPRES.

C'est curieusement dans la nuit du vendredi 07 août 2020, vers 21 heures que ISSA Soumah et Lamine Bangoura ont été "illégalement et violemment" arrêtés par l'Escadron n°2 de Hamdallaye et détenus plusieurs jours à l'Escadron n°15 de Kobaya et ce, sans aucune convocation préalable, encore moins une décision judiciaire ou un mandat du parquet.

Depuis lors, ils ont été strictement interdits par les forces de l'ordre d'accéder à leur domaine. « Cela constitue une atteinte au droit de la propriété qui est un droit sacré », est-il dénoncé.

Le constat est que ce domaine, propriété des plaignants est aujourd'hui militarisé en vue de les empêcher d'y avoir accès et permettre à Kerfala Person Camara dit KPC de détruire paisiblement leurs biens sous un regard impuissant.

« De toute évidence, ces agissements des commandants des Escadron sont constitutifs des faits d'atteinte à la liberté individuelle, de complicité de destruction d'édifice privés, respectivement prévus et punis par les dispositions des articles 643, 19, 523 du code pénal guinéen ».

Le cabinet a ensuite ajouté que c'est pourquoi, en application des dispositions de l'article 329 et suivant du code de procédure pénal, les plaignants saisissent la chambre afin de voir la loi être appliquée dans toute sa rigueur.

A cette occasion, les plaignants constitués en partie souhaitent la somme de trois cent millions de francs guinéens à titre de dommage-intérêts ce, pour toute cause de préjudice confondues.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.