Seychelles: Président Faure - Des Seychellois disparus liés à un réseau de drogue en Iran, information partagée par une agence de renseignement

Certaines personnes disparues aux Seychelles sont liées à un réseau de trafic de drogue impliquant l'Iran, selon des informations partagées par un pays ami, a déclaré jeudi le président Danny Faure lors d'une conférence de presse en direct.

"Nous avons aujourd'hui des informations concrètes selon lesquelles certains bateaux seychellois sont dans le commerce de drogue avec des bateaux d'Iran. Les informations du renseignement ont révélé que les Seychellois sont montés à bord des bateaux iraniens et que ces Seychellois sont aujourd'hui en Iran", a déclaré M. Faure.

Il a déclaré que ces Seychellois ne seront libérés que lorsque l'argent pour les drogues

sera payé, et il a appelé toute personne, y compris la famille qui pourrait être en contact avec des Iraniens associés, à en informer la police. M. Faure n'a pas dit quelle nation partageait les informations.

M. Faure a répondu aux questions des journalistes sur divers sujets dans ce qu'il a dit être sa dernière conférence de presse en direct en raison de la prochaine campagne politique avant les élections présidentielles d'octobre.

Sur d'autres sujet, le président a déclaré que des régulations étaient en cours d'élaboration pour aider à créer des emplois pour les Seychellois.

"La décision prise récemment en ce qui concerne les travailleurs étrangers avec GOP (Gainful Occupation Permit) actuellement à l'étranger a à voir avec notre situation d'emploi actuelle. Notre priorité aujourd'hui est de garantir que les Seychellois obtiennent un emploi", a-t-il déclaré.

Les permis d'occupation gagnants (GOP) des travailleurs étrangers aux Seychelles actuellement à l'extérieur du pays ont été révoqués avec effet immédiat au début du mois d'août et les entreprises qui ont besoin de leurs employés doivent passer par un nouveau processus.

Il y a 16 000 personnes aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, bénéficiant d'une aide financière, selon les informations données par le ministère des Finances pour le mois de mai.

M. Faure a déclaré que cela inclut les jeunes qui sont aidés par divers programmes qui comprennent un programme de stages, My First Job, le développement des compétences et le programme de secours au chômage (URS).

Concernant la situation économique du pays après la réouverture de l'aéroport le 1er août, le président a déclaré que les chiffres qu'il a reçus sont que 1592 visiteurs sont venus aux Seychelles mais espère qu'il reprendra en septembre et octobre.

Il a ajouté que la décision de rouvrir l'aéroport avait été prise après avoir examiné l'Europe où se trouvent les principaux marchés touristiques des Seychelles, à savoir la France, l'Italie et l'Allemagne, mais la semaine dernière, la situation a changé.

"Le COVID bouleverse toujours la France et nous avons dû retirer le pays de notre liste autorisée. Pendant que nous rouvrons aux touristes, la situation dans ces pays ne s'améliore pas", a déclaré M. Faure.

Sur la question de la cohabitation entre l'exécutif d'un parti et une majorité d'opposition au législatif, M. Faure a déclaré que les Seychelles avaient vécu une période intéressante au cours des quatre dernières années et demie. Après les élections législatives de septembre 2016, la coalition d'opposition Linyon Demokratik Seselwa (LDS) a remporté la majorité des sièges à l'Assemblée nationale.

"Le travail que l'Assemblée a effectué a permis des freins et contrepoids comme l'exige la Constitution et le gouvernement a agi et travaillé ... Mais en même temps, il y a eu des abus et l'un d'eux est que le gouvernement est également devenu une victime", a déclaré M. Faure.

Concernant sa priorité pour les deux mois à venir, M. Faure a déclaré qu'il "s'assurera que les Seychellois se comportent en citoyens responsables pour que nous ayons des élections qui se déroulent dans la paix et la stabilité".

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.