Congo-Brazzaville: Les jeux de hasard paralysent les administrations !

Les jeux de hasard ont quitté leurs lieux habituels pour s'introduire dans certaines administrations publiques et privées. Des agents de tel ou tel service dans des administrations se livrent aux jeux de hasard aux heures de travail dans les bureaux. Ce fait participe en grande partie à la faible rentabilité de certains services.

En agissant ainsi, les fidèles de ces jeux ont transformé leurs bureaux en salles de jeux. Cela se passe au su et au vu d'autres agents. Ils abandonnent du coup leur travail. La chose ne s'arrête pas là, car ces « fonctionnaires-joueurs » ou ces « employés-joueurs » prennent de gros risques en transformant leurs bureaux en mini-pièces où sont placés pêle-mêle dans les tiroirs et sur le sol de la paperasse ou des tickets de ces jeux.

Il est devenu comme une coutume de voir dans une administration publique ou privée des gens jouer à ces jeux en groupe de trois ou de six. Ils pensent qu'en jouant en équipes, ils ont la forte probabilité de maximiser leurs chances de gain. « Cope eleki salaire », c'est leur célèbre phrase qui veut littéralement dire : le gain des petits boulots parallèles vaut mieux que le salaire. C'est triste, car en le faisant ils scient par là-même la branche sur laquelle ils sont assis. En d'autres termes, ils détruisent à petit feu l'administration en causant un sérieux préjudice à celle-ci.

Ce qui revient à dire que de gros sacs que certains travailleurs trimballent tous les jours dans des services ne sont pas que remplis des dossiers du boulot mais aussi de paperasse et d'autres supports des jeux aléatoires. Une affaire s'est passée à peine deux semaines dans une administration que nous taisons le nom : un chef de service d'une administration s'est rendu compte qu'il a confondu son sac du boulot avec celui qui contient des supports de jeux de hasard quand il a voulu recevoir la première personne venue pour solliciter un service public. L'affaire s'est répandue dans toute l'administration. Il était obligé d'abandonner son bureau toute la journée puisqu'il était devenu l'objet de moquerie pour les autres.

Ce qui revient à dire que tout le personnel présent au service aux heures de travail n'exécute toujours pas la tâche dont il est appelé à faire. Nombreux ont pris l'habitude de s'enfermer dans leur bureau pour se livrer aux sollicitations hors services. Très malins, certains d'entre eux jouent au jeu de cache-cache quand ils voient s'approcher de leurs bureaux un supérieur hiérarchique. Ils font sortir soit des chemises administratives soit des parafeurs. Or, quelques secondes avant l'arrivée du supérieur hiérarchie, c'étaient des supports des jeux de hasard qui étaient sur leur bureau.

Il n'est pas interdit au personnel d'une administration de se livrer aux jeux de hasard, mais le mieux serait de le faire hors travail. Ces jeux peuvent bloquer la bonne marche de l'administration si des mesures disciplinaires ne sont pas prises. Suivez mon regard !

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.