Mauritanie: Détenu depuis une semaine, l'ex-président mauritanien reste silencieux face aux enquêteurs

Mohamed Ould Abdel Aziz

Une semaine dans les locaux de la sûreté nationale et toujours pas un mot de Mohamed ould Abdel Aziz aux enquêteurs. Les enquêteurs du pole d'investigations de la police de répression des crimes économiques l'avaient convoqué le 17 août. Ils souhaitent l'entendre sur des cas de corruption et de détournements de biens publics commis durant sa décennie au pouvoir entre 2008 et 2019. Des cas révélés dans un rapport d'une commission d'enquête parlementaire.

Le rapport qui épingle des dérapages dans la gestion de l'ancien président mauritanien durant ses dix années d'exercice a été transmis à la justice le 5 août après avoir validé par l'Assemblée le 29 juillet dernier. C'est sur la base de ce document que des investigations sont actuellement menées par les services de répression des crimes économiques. Les policiers cherchent à déterminer la responsabilité de l'ancien régime cité dans le rapport.

Parmi ces personnalités, les policiers ont déjà entendu des anciens ministres et Premiers ministres. Leurs passesports ont été confisqués. Mais aucun n'a été retenu dans les locaux de la police comme c'est le cas de l'ancien président Mohamed ould Abdel Aziz. Ce dernier a opté pour la stratégie du silence. Aucun mot aux enquêteurs.

Il ne changera pas sa position quelle que soit la durée de la garde à vue, nous a déclaré dimanche soir l'un de ses avocats mauritaniens.

De leur côté, les avocats français de l'ancien chef d'État ont remis en cause l'indépendance de la justice mauritanienne sur une chaine de télévision privée. Le parquet de Nouakchott a fustigé une sortie inacceptable et réaffirmé l'indépendance de la Mauritanie.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.