Burkina Faso: Industrie pharmaceutique PROPHARM, un fleuron de la production nationale

Le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens du Burkina a visité, le samedi 22 août 2020, la société de Production pharmaceutique (PROPHARM S.A.), située à la sortie Ouest de Ouagadougou dans la commune de Komsilga.

Le Burkina Faso tâte son chemin vers une autonomisation des produits pharmaceutiques. En effet, c'est ce à quoi s'emploie l'industrie PROPHARM que le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens a visité, le samedi 22 août dernier en périphérie Ouest de la capitale. Une unité industrielle spécialisée dans la production de médicaments génériques.

La société assure également la blistérisation de médicaments génériques à partir de comprimés et de gélules à base de granulés. « Nous produisons également des sirops à partir de poudres pour suspension », a fait savoir le directeur général de la société PROPHARM, le Dr Palingwindé Armel Koéfé.

Selon lui, la structure, qui va bientôt ouvrir ses portes, ambitionne de devenir la principale plateforme de production et de distribution de médicaments génériques au Burkina d'ici à l'horizon 2025. Pour y parvenir, PROPHARM s'est dotée de matériel moderne de dernière génération.

Des équipements de fabrication étrangère implantés par des experts italiens, américains ou asiatiques afin de produire et de commercialiser des produits pharmaceutiques « sûrs », « fiables » et « sécurisés ».

« Nous allons produire des médicaments génériques avec des conditionnements adaptés au système de santé du Burkina Faso, en vue de mettre à disposition des populations locales des médicaments essentiels et génériques de très bonne qualité et accessibles financièrement », a déclaré Dr Koéfé.

Il a aussi précisé que la société s'inscrit dans la vision du ministère de la Santé, afin de produire a priori pour les besoins nationaux. Ainsi, une dizaine de molécules anti-inflammatoire et antibiotique ont retenu l'attention des acteurs pour un début.

Il va s'agir des médicaments comme paracétamol, amoxicilline, cotrimoxazole etc. Pour le président du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, Dr Alfred Sandouidi, la pandémie du coronavirus a mis à nu l'inadaptation du système pharmaceutique national. De ce fait, a-t-il poursuivi, la promotion de l'industrie pharmaceutique est un impératif.

« PROPHARM est aujourd'hui l'espoir et l'avenir pharmaceutique du Burkina ainsi que de la sous-région en matière de productions de médicaments.

Nous saluons le dynamisme et la vision du Dr Koéfé et espérons que les décideurs politiques et les partenaires financiers sauront accompagner la société », a souligné le président Sandouidi.

Dans la même dynamique, le responsable du syndicat des pharmaciens ainsi que l'ancien président de l'Ordre, Jean Paré, ont encouragé l'initiative. Selon Dr Paré, il n'y a point de médicaments plus sûrs que ceux produits chez soi.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.