Cote d'Ivoire: Les radios font front contre la Covid-19

radio microphone

Abidjan — Marcelin Brou N'Zué n'avait jamais été un fidèle de la radio par le passé, mais la maladie à coronavirus a quelque peu changé ses habitudes : « Avant, il m'arrivait d'écouter la radio mais cette année, et particulièrement depuis que le coronavirus a été déclaré en Côte d'ivoire, je suis devenu un auditeur fidèle de ma radio préférée, Ouest FM. Elle diffuse des émissions de santé en synergie avec d'autres radios et je ne rate plus leurs émissions car cela me permet d'être informé à propos de la COVID. »

La radio Ouest FM est l'une des 120 radios du pays rassemblées sous Radio Santé Côte d'Ivoire. En Côte d'Ivoire comme partout en Afrique, la radio est une source d'information privilégiée des populations qui ont souvent des difficultés d'accès aux autres moyens de communication. Dans le contexte de la riposte contre la maladie à COVID-19, la radio est un canal essentiel pour partager des messages de sensibilisation et s'assurer que la population reste protégée. Une enquête récente réalisée par l'OMS et une étude conduite par le gouvernement ont toutes deux révélé que la radio et de la télévision sont les sources primaires d'informations pour 99% de la population.

La plateforme Radio Santé Côte d'Ivoire a été initiée en 2015 par les Fonds français Muskoka initialement pour renforcer la communication sur les interventions visant à améliorer la santé de la mère et de l'enfant. Depuis, la plateforme a évolué pour inclure toutes les problématiques de santé et avec l'actualité consacrée en majeure partie à pandémie de COVID-19, Radio Santé produit des émissions de genres divers toutes consacrées à la maladie.

« Les émissions de la plateforme Radio Santé couvrent les 33 régions sanitaires du pays et elles ont un impact immédiat sur les populations ivoiriennes, mêmes sur celles vivant dans des zones les plus reculées et rurales », se réjouit Bintou Sanogo, journaliste productrice de l'émission de santé Plurielle sur Radio Côte d'Ivoire et Coordinatrice adjointe de la plateforme. Actuellement, la plateforme Radio Santé atteint en moyenne quinze millions d'habitants sur le territoire à travers ses émissions consacrées à la santé.

Reconnaissant ce rôle central de la radio pour les populations, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a appuyé la Plateforme en fournissant aux radios du matériel de pointe et en assurant la formation des journalistes de santé leur permettant d'être suffisamment outillés pour relayer les informations qui sauvent. « Notre objectif est de faire en sorte que les journalistes restent professionnels dans le traitement de l'information, qu'ils mettent à la disposition des communautés, des informations vraies, pratiques et utiles sur la COVID-19, toutes choses qui permettraient aux communautés de prendre des décisions éclairées et d'adopter les comportements souhaités dans le contexte de la COVID-19 », explique Souleymane Koné, Chargé de programme et responsable de la communication à l'OMS.

L'Organisation a ainsi initié des sessions d'orientation à l'attention de 90 journalistes, animateurs, producteurs et réalisateurs d'émissions de santé dans les radios de proximité. Du 21 février - date de la première formation des professionnels des médias sur la COVID-19 - au 30 juin 2020, la plateforme avait réalisé et diffusé plus de 200 émissions en synergie à travers ses différentes sections.

Vanessa Diko est coiffeuse à Man et écoute fidèlement les émissions de la Radio Santé. Tout comme Marcelin, elle trouve rassurant d'écouter ces programmes organisés en synergie : « J'écoute les émissions sur Radio Santé depuis que le coronavirus a commencé. C'est avec la Radio Al Bayane et ils font passer des messages de sensibilisation sur ce qu'on doit faire pour éviter la maladie à coronavirus. Ils nous expliquent les gestes barrières et nous encouragent à porter le masque comme il faut, et il y a aussi la distanciation physique, le lavage régulier des mains avec du savon. Avant, je ne sortais même pas. Mais grâce aux émissions de cette plateforme, j'ai compris qu'il est possible de reprendre mes activités tout en faisant attention », explique-t-elle.

En plus de la Plateforme, l'OMS, à travers le ministère de la Santé, capitalise sur 21 chaînes de radio communautaires dans tout le pays pour relayer les messages de COVID-19 et mener des débats et des discussions sur la maladie et sa propagation.

A la faveur de la crise de la COVID-19, les activités de la plateforme ont gagné en intensité. Marcelin espère que les émissions en synergie seront maintenues et adaptées à l'évolution de la pandémie dans le pays. Vivant à Man et enseignant de profession, il garde espoir grâce aux émissions de Radio Santé : « Nos activités ont été mises au ralenti et notre pouvoir d'achat a diminué mais les émissions que j'écoute me donnent espoir que je me rends compte que même si nous avons de nombreux cas positifs, il y a aussi beaucoup de cas guéris et moins de décès. En écoutant Radio Santé, j'ai appris comment véritablement me protéger et je sais que le respect des consignes diffusées fera une réelle différence et nous permettra de vivre une vie saine de manière générale. »

Les hommes et femmes de médias en Côte d'Ivoire se sont joints au gouvernement dès les premières heures pour se donner les mains et enrayer la propagation de la pandémie. D'autres radios prévoient se rajouter à la Plateforme et les émissions de sensibilisation en synergie produites par Bintou et ses collègues se sont multipliées : « L'urgence sanitaire du moment, c'est la COVID-19. C'est pourquoi nous nous organisons à fond pour mener à bien cette lutte sanitaire et jouer pleinement notre rôle », conclut-elle fièrement.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.