Cameroun: VIH/SIDA - Traitement pour tous à Bertoua

Ces deux collectivités territoriales de la capitale régionale ont embrassé le projet Fast Tract Cities des Nations unies, au terme d'un séminaire le 19 août dernier.

Avant la pandémie actuelle de coronavirus, l'humanité connaissait déjà celle du VIH Sida, qui fait des ravages depuis sa découverte dans les années 80. Ses victimes se comptent en millions chaque année. En 2017, dans le monde, Onusida indique que 940 000 personnes sont décédées du Sida, 1,8 million de nouvelles infections. Sur 36,9 millions de personnes vivant avec le VIH, 27,7 millions seulement ont accès au traitement. 75% de la population connaissent leur statut. L'analyse indique que la maladie sévit plus en ville. Selon les projections, 66% de la population vivra en milieu urbain d'ici à 2050, contre 54% depuis 2014.

Selon Many Ludovic Etoundi Essomba, secrétaire exécutif des CVUC, 310 villes du monde dont 19 Camerounaises ont signé la déclaration de Paris visant à lutter contre le Sida dans leur territoire. Ceci à travers le projet Fast Tract Cities, encouragé par Onusida. « Nous sommes interpellés. Ce projet consiste à donner un support technique aux CTD qui s'engagent à atteindre les objectifs de 90-90-90 », a expliqué M. Etoundi Essomba, qui a outillé la ville de Bertoua le 19 août 2020 sur les enjeux de la lutte anti Sida. Les objectifs 90-90 visent à ce que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur état sérologique, 90% de ces personnes aient accès à un traitement antirétroviral, et 90% des personnes sous traitement ARV aient une charge virale durablement supprimée.

Après l'atelier, les communes d'arrondissement de Bertoua Ier et II se sont engagées à faire désormais de la lutte contre le VIH l'une de leurs priorités. Elles se fondent sur l'idée que sans la santé, le développement n'est pas possible. Ces deux collectivités locales ont été imprégnées sur le projet Fast Tract cities, mis en place par Onusida dans les grandes villes du monde. Au Cameroun, après Yaoundé, c'est au tour de ces deux communes d'en bénéficier.

L'Est a un taux de séroprévalence de 5,9%. Soit au-dessus de la moyenne nationale (3,4%). Bertoua I et II vont élaborer des plans de riposte, adaptés à leurs réalités. « L'Etat du Cameroun a fait des efforts considérables dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH /Sida... Dans ce sens, la volonté du gouvernement d'impliquer à 100% dans la riposte les collectivités territoriales décentralisées est inébranlable », a souligné le secrétaire exécutif du Bureau national de l'Association Communes et villes unies du Cameroun (CVUC), qui a demandé aux bénéficiaires d'agir directement dans le ressort de leurs communes.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.