Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS au point de presse sur la Covid-19 - 24 août 2020

Bonjour, bon après-midi et bonsoir.

La semaine dernière, j'ai envoyé une lettre à tous les États Membres pour leur demander de participer au volet vaccinal de l'Accélérateur ACT.

Je suis heureux d'annoncer qu'à ce jour, 172 pays participent au Mécanisme COVAX pour un accès mondial aux vaccins, qui couvre un éventail de vaccins anti-COVID-19 qui est à la fois le plus large et le plus diversifié au monde.

À l'heure actuelle, 9 vaccins font partie de cet ensemble dynamique, qui est constamment revu et optimisé pour garantir l'accès à la meilleure gamme possible de produits.

En ce moment-même, des discussions sont en cours avec 4 producteurs supplémentaires.

Et 9 autres vaccins sont actuellement en cours d'évaluation dans une perspective à long terme.

Le Mécanisme est le dispositif essentiel de regroupement des achats et de répartition des risques pour plusieurs vaccins, conçu de sorte que, si un vaccin s'avère sûr et efficace, tous les pays du Mécanisme puissent y accéder.

Mais surtout, c'est le mécanisme qui permet une distribution coordonnée à l'échelle mondiale.

C'est dans l'intérêt de tous les pays, même ceux qui ont investi indépendamment avec des fabricants individuels.

Nous collaborons avec les fabricants de vaccins pour offrir à tous les pays qui participent à l'initiative un accès rapide et équitable à tous les vaccins homologués et approuvés.

Le Mécanisme ne permet pas seulement de répartir le risque, mais de maintenir les prix aussi bas que possible.

De nouvelles recherches montrent que, comparée à une initiative de collaboration comme le Mécanisme COVAX, la concurrence mondiale pour les doses de vaccin pourrait entraîner une hausse exponentielle des prix.

La pandémie s'en trouverait aussi prolongée, car la majeure partie des approvisionnements irait à un petit nombre de pays seulement.

Le nationalisme en matière de vaccins ne profite qu'au virus.

Jusqu'à présent, 12 billions de dollars ont été investis dans le monde pour maintenir les économies à flot.

Investir dans le Mécanisme COVAX, c'est le moyen le plus rapide de mettre fin à cette pandémie et de garantir une reprise économique durable.

Grâce au cadre d'allocation du Mécanisme COVAX, les pays à revenu faible, intermédiaire et élevé recevront tous le vaccin sans retard dès qu'un vaccin sûr et efficace sera disponible.

Pour que le Mécanisme COVAX soit un succès, il faut non seulement que les pays y adhèrent, mais qu'ils comblent les principaux déficits de financement de la recherche-développement et de l'aide aux pays à revenu faible au sein du Mécanisme.

Le seul moyen que nous ayons de sortir de cette pandémie, c'est d'agir ensemble.

Au départ, lorsque l'approvisionnement sera limité, il sera important de mettre le vaccin à la disposition des personnes les plus à risque dans le monde.

Parmi elles figurent les agents de santé, car ils sont en première ligne face à cette pandémie et indispensables pour sauver des vies et stabiliser l'ensemble du système de santé.

Il s'agit aussi des personnes de plus de 65 ans et celles qui souffrent de certaines maladies augmentant le risque de mourir de la COVID-19.

À mesure que l'offre augmentera, la distribution des vaccins sera élargie sur la base d'une évaluation de la vulnérabilité de chaque pays au virus.

Un certain nombre de vaccins en sont maintenant au stade final des essais cliniques et nous espérons tous avoir plusieurs vaccins candidats à la fois sûrs et efficaces.

Afin d'avoir assez de doses pour distribuer les vaccins, la prochaine étape dans le cadre du partenariat est que les pays prennent des engagements formels en faveur du Mécanisme COVAX.

Nous sommes reconnaissants des fonds déjà promis pour le Mécanisme COVAX, mais d'autres doivent être obtenus de toute urgence pour continuer à avancer.

L'objectif du Mécanisme est de fournir au moins 2 milliards de doses de vaccins sûrs et efficaces d'ici la fin de 2021.

Alors même que les gouvernements investissent des billions de dollars dans la relance économique, le Mécanisme COVAX offre un énorme retour sur investissement.

Il y a de la lumière au bout du tunnel et, comme je l'ai dit la semaine dernière, ensemble, nous pouvons réussir.

Tout en investissant collectivement dans la recherche-développement sur les vaccins, nous devons utiliser les armes dont nous disposons déjà pour supprimer ce virus.

À mesure que les gouvernements perfectionnent leurs systèmes de suivi et de traçabilité pour tester, isoler et soigner les patients, retrouver leurs contacts et les placer en quarantaine, chacun peut faire sa part.

Si tous nous veillons à respecter la distanciation physique, à nous laver les mains régulièrement, à porter des masques et à nous tenir informés, nous pouvons collectivement briser les chaînes de transmission.

Faisons-le tous.

Faisons-le tous maintenant.

Il est et il continuera d'être essentiel d'informer sur les problèmes et les solutions pour mettre fin à cette pandémie.

Plus de 4 millions de personnes se sont inscrites à nos cours de formation sur la plateforme d'apprentissage en ligne OpenWHO.org.

L'OMS s'associe à la Fédération mondiale des journalistes scientifiques pour diffuser avec exactitude les connaissances scientifiques complexes au fur et à mesure qu'elles évoluent.

Par l'intermédiaire de ses bureaux régionaux, l'OMS a organisé des webinaires en plusieurs langues pour aider les journalistes à lutter contre la désinformation.

Un cours en ligne en accès libre sur la pandémie a été créé à l'intention des journalistes grâce à un partenariat entre l'OMS, l'UNESCO et le Knight Center for Journalism de l'Université du Texas-Austin.

Plus de 9000 journalistes de 162 pays se sont inscrits.

Cette formation en ligne a été dispensée en anglais, espagnol, français et portugais et sera bientôt disponible en arabe, chinois, hindi et russe.

De plus amples renseignements sur ces cours en ligne sont disponibles sur notre site Web.

Chaque jour nous apprend de nouvelles choses sur ce virus et les journalistes sont essentiels pour nous aider à communiquer ces informations au public de façon à sauver des vies.

Nous allons continuer à promouvoir la science, les solutions et la solidarité parce que nous avons l'intime conviction qu'on travaille mieux quand on travaille ensemble.

Je vous remercie.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X