Afrique: Une application pour lutter contre la Covid-19 "made" in Sierra-Léone

Evelyn Lewis, un entrepreneur social et spécialiste des technologies, Sierra-Léonais, a développé une application pour aider à la lutte contre la COVID-19.

L'entreprise de logiciels de M. Lewis, SBTS Group, a développé le logiciel Health Outbreak Manager (HOM) qui consiste en une application et une suite complète d'outils qui aident à collecter et à gérer les données pour les utilisateurs et les intervenants de la COVID-19.

En utilisant des flux de données en direct et des informations rapportées par les utilisateurs, les fonctionnaires et les organisations de santé peuvent surveiller et gérer le statut d'une épidémie et contenir la propagation avec des stratégies d'atténuation appropriées.

La technologie a été élaborée entre avril et juin 2020 et s'agit d'une mise à jour du système d'exploitation Ebola (EOS), une application développée en 2014 également par la même société et qui avait été déployée avec succès en Sierra Leone et au Liberia lors de l'épidémie d'Ebola de 2014-2015.

L'application Ebola a renforcé le travail de plus de 60 000 intervenants sur le terrain qui ont participé à la recherche des contacts, à la collecte et à la gestion des données, rappelle M. Lewis.

"L'EOS nous a été très utile pendant la période Ebola", corrobore Steve Gaojia, qui était le chef des opérations du gouvernement sierra-léonais pour la réponse à l'épidémie Ebola. "Nous l'avons utilisé pour recueillir, stocker et analyser des données qui nous ont aidés à prendre des décisions éclairées."

Alors que l'application Ebola a été conçue principalement pour une utilisation sur des ordinateurs de bureau, l'application HOM, adaptée aux téléphones portables est plus polyvalente.

La SBTS a fabriqué le matériel localement en Sierra Leone. Il a été utile lors de l'épidémie d'Ebola. Photo : Groupe SBTS

"De plus en plus d'Africains utilisent des téléphones portables et il était inévitable que l'application soit adaptée aux téléphones portables", soutient M. Lewis, ajoutant que l'application permet non seulement de suivre et de tracer les utilisateurs et leur statut, mais donne également aux intervenants "la possibilité d'effectuer des analyses de trajectoire sur des mouvements antérieurs et de surveiller la propagation des cas confirmés".

Elle utilise les ondes courtes, le Bluetooth et le système de positionnement global (également connu sous le nom de communication GPS) pour localiser les personnes qui ont été en contact avec une personne infectée.

Comment fonctionne l'application ?

Lorsqu'une personne signale un symptôme COVID-19 aux autorités sanitaires et que le test est positif, la technologie Bluetooth permet à un serveur SBTS de récupérer et de stocker les numéros de téléphone cryptés de toutes les personnes qui ont pu rencontrer le patient dans un certain rayon et dans un certain délai.

Les abonnés des numéros de téléphone identifiés reçoivent alors automatiquement des messages textes les informant qu'ils ont peut-être rencontré une personne présentant le symptôme COVID-19 et leur conseillant de se rendre immédiatement sur place pour subir un test.

M. Lewis indique qu'un "réseau d'exposition" développé par Apple et Google permet d'identifier les numéros de téléphone, sans qu'il soit nécessaire de télécharger l'application. "Si vous utilisez un téléphone portable, cette capacité est déjà activée dans votre téléphone. Vous ne le savez peut-être pas".

"En utilisant des flux de données en direct et des informations rapportées par les utilisateurs, les fonctionnaires et les organisations de santé peuvent surveiller et gérer le statut d'une épidémie et contenir la propagation avec des stratégies d'atténuation appropriées", dit-il.

Le CDM est également équipé d'informations sur la gestion des quarantaines, ainsi que d'un module de centre d'appel et d'un module de santé pour les voyageurs aériens, entre autres.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Lorsqu'une personne signale un symptôme COVID-19 aux autorités sanitaires et que le test est positif, la technologie Bluetooth permet à un serveur SBTS de récupérer et de stocker les numéros de téléphone cryptés de toutes les personnes qui ont pu rencontrer le patient dans un certain rayon et dans un certain délai.

Les abonnés des numéros de téléphone identifiés reçoivent alors automatiquement des messages textes les informant qu'ils ont peut-être rencontré une personne présentant le symptôme COVID-19 et leur conseillant de se rendre immédiatement sur place pour subir un test.

Confidentialité

M. Lewis tient à insister sur la confidentialité : "Tous les numéros de téléphone sont cryptés dans le serveur et seules les informations signalées par les utilisateurs de l'application sont analysées par les travailleurs de la santé".

En d'autres termes, l'efficacité de l'application repose sur la fourniture d'informations factuelles et rapides par les utilisateurs. Par exemple, les professionnels de la santé se baseront sur les données fournies par un utilisateur dans l'application pour suivre l'évolution des symptômes de cet utilisateur.

Néanmoins, la plateforme permet aux utilisateurs et aux travailleurs de la santé de communiquer de manière transparente, un peu comme dans le cas de la télésanté.

Pour ceux qui n'ont pas les moyens de payer les frais d'Internet ou qui n'ont pas de téléphone portable, M. Lewis indique qu'il existe "un module de centre d'appel intégré pour la recherche manuelle afin de couvrir les populations défavorisées ou handicapées".

Cette catégorie de personnes peut avoir à passer des appels téléphoniques à des numéros dédiés, sinon elles seront identifiées manuellement par des traceurs de contacts qui alimenteront ensuite l'application HOM en informations pertinentes.

L'implication de M. Lewis dans la lutte contre les épidémies s'est faite par hasard.

"Lorsque le virus Ebola a frappé mon pays, j'ai réalisé que la situation devenait incontrôlable ; des centaines de personnes mouraient chaque jour et les gens ne savaient pas quoi faire. La panique régnait partout.

"Je me suis alors arrangé pour rencontrer des représentants du gouvernement et des centres américains de contrôle et de prévention des maladies dans le pays afin d'en savoir plus sur l'épidémie et de trouver des moyens d'aider.

"En tant qu'entreprise, nous avons décidé qu'une application qui pourrait aider à la collecte et à la gestion des informations serait utile car. En cas d'épidémie, les données sont indispensables.

"Nous avons donc développé la technologie et formé quelque 400 personnes pour fournir des services clés en main et soutenir des milliers d'employés sur le terrain".

La pandémie actuelle a déclenché une augmentation de la demande pour l'application HOM. M. Lewis prévoit de déployer des serveurs en Sierra Leone, au Liberia, en République démocratique du Congo, au Burundi et à la Barbade.

"Nous discutons actuellement une possibilité de partenariat avec la ville de Washington D.C. ainsi qu'avec certaines écoles de la région qui ont manifesté leur intérêt", dit-il, ajoutant que l'entreprise s'adresse également à divers gouvernements et institutions à travers l'Afrique.

"Au bout du compte, nous voulons que le monde sache que les solutions à un problème mondial tel qu'une pandémie peut venir de n'importe où dans le monde", s'enthousiasme-t-il. "Cette fois, une solution tech vient d'Afrique".

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.