Niger: Le calvaire des déplacés des inondations

Fleuve Niger

Les eaux en furie du fleuve Niger continuent de monter sur les rives de Niamey. Des riverains, dont les toits se sont effondrés, prennent d'assaut les classes d'écoles. Les sinistrés attendent l'aide de l'État et des humanitaires à quelques jours de la rentrée des classes.

Les populations riveraines du fleuve Niger continuent de fuir les zones inondées. En une nuit, les dernières des zones encore inondées sont aujourd'hui sous les eaux au quartier Kirkissoye de Niamey.

Dans la périphérie, plusieurs écoles sont prises d'assaut par les sinistrés. Madame Amine Hassan, une mère de sept enfants, témoigne.

« Nous sommes restés ici avec nos familles. Nous attendons que l'on nous aide. Nous sommes dans les classes en attendant, pour voir ce qu'un divin va faire. »

Dans cette cours d'école, des matelas, des lits en bois et autres habits sont séchés, Aboubakr Salam est entouré de sa famille. « On est ici depuis trois semaines, on a rien trouvé. Le chef est venu pour dire de prendre les noms et rien à signaler, jusqu'à présent. »

En attendant les premières aides d'urgence, Adiza Boncano et ses enfants sont à la merci des moustiques : « Nous n'avons ni à boire, ni à manger depuis notre arrivée dans les classes.

Il n'y a rien que des moustiques qui nous piquent à longueur de journée. Regardez nos corps, les enfants et moi. Dès que les moustiques nous piquent ce sont des boutons et si nous nous grattons, les boutons se transforment en plaies. »

Selon les experts de l'Autorité du bassin du Niger (ABN), si la tendance torrentielle continue, les dégâts seront sévères selon eux.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.