Afrique: L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite félicite la Région africaine de l'OMS, certifiée exempte de poliomyélite sauvage

L'appui des gouvernements nationaux et des donateurs mondiaux a été déterminant pour vaincre la poliomyélite sauvage dans la région et il doit être maintenu pour libérer le monde de la poliomyélite

Aujourd'hui, la Commission régionale de certification pour l'Afrique a certifié que la Région africaine de l'OMS était exempte de poliomyélite sauvage après 4 années sans aucun cas.

Maintenant que cette étape historique est franchie,5 des 6 régions de l'OMS - représentant plus de 90 % de la population mondiale - sont désormais exemptes de poliovirus sauvage et l'éradication mondiale de la poliomyélite est de plus en plus proche.

Dans l'ensemble du monde, la transmission du poliovirus sauvage se poursuit dans seulement 2 pays, le Pakistan et l'Afghanistan.

L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite (IMEP) félicite les instances nationales des 47 pays de la Région africaine de l'OMS du succès remporté aujourd'hui.

« La victoire sur le poliovirus sauvage en Afrique est l'une des plus grandes réalisations de santé publique de notre temps qui nous encourage tous vivement à finir d'éradiquer la poliomyélite dans le monde », a déclaré le Directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Je remercie et je félicite les gouvernements, les agents de santé, les bénévoles locaux, les chefs traditionnels et religieux et les parents de toute la Région qui ont agi ensemble pour bouter la poliomyélite sauvage hors d'Afrique. »

Un leadership résolu et un important travail d'innovation ont contribué à faire barrage au poliovirus sauvage dans la Région.

Les pays ont su coordonner leurs efforts pour surmonter les principaux obstacles à la vaccination des enfants, comme les fréquents mouvements de population, les conflits et l'insécurité qui entravent l'accès aux services de santé, ou encore le pouvoir qu'a le virus de se propager rapidement et de traverser les frontières.

De plus, la générosité constante et la volonté commune des donateurs - gouvernements, secteur privé, institutions multilatérales et organisations philanthropiques - de libérer le monde la poliomyélite ont facilité la mise en place des infrastructures qui ont permis à la région africaine de vacciner plus d'enfants que jamais auparavant et de mettre la poliomyélite sauvage en échec.

« En cette année où la santé mondiale est mise à mal, la certification de l'absence de poliovirus sauvage dans la région africaine est un signe d'espoir et de progrès qui montre ce que la collaboration et la persévérance permettent d'accomplir », a commenté le Président de Rotary International, M. Holger Knaack.

« Depuis 1996, année où Nelson Mandela s'est allié au Rotary, à l'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite et aux gouvernements de la région africaine, nous avons accompli quelque chose de remarquable.

Le tournant d'aujourd'hui nous montre qu'il est possible d'éradiquer la poliomyélite, à condition que l'ensemble du monde reste décidé à mener cette entreprise à bien.

Œuvrons ensemble et unissons nos forces pour surmonter les dernières difficultés et remplir notre promesse de libérer le monde de la poliomyélite. »

Les ressources et les compétences mises à profit pour éliminer le poliovirus sauvage ont apporté une contribution notable aux systèmes africains de santé publique et de riposte aux flambées épidémiques.

Le programme de lutte contre la poliomyélite a de multiples retombées positives sur la santé des communautés locales, notamment il facilite la réponse de la région africaine à la COVID-19 et renforce la vaccination systématique contre d'autres maladies à prévention vaccinale.

Certes, le succès est remarquable, mais il ne faut pas relâcher les efforts. L'engagement continu à renforcer la vaccination et les systèmes de santé dans la région africaine est essentiel pour ne pas remettre en cause la victoire remportée sur la poliomyélite sauvage et pour endiguer la propagation du poliovirus circulant dérivé d'une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2), qui est présent dans 16 pays de la région.

Comme il existe des poches de faible immunité, ces souches demeurent une menace, et le risque est augmenté par les interruptions de la vaccination causées par la COVID-19, qui rendent les communautés plus vulnérables aux flambées épidémiques dues au PVDVc2.

L'IMEP appelle les pays et les donateurs à rester vigilants face à toutes les formes de poliomyélite. Tant que toutes les souches ne seront pas éradiquées dans le monde, les progrès incroyables faits contre la poliomyélite seront menacés.

La victoire de la Région africaine de l'OMS contre la poliomyélite sauvage montre qu'on peut progresser dans la lutte contre certains des plus gros problèmes de santé publique mondiaux. L'IMEP remercie tous les individus, partenaires, donateurs et pays qui ont contribué à cet extraordinaire succès.

Note à l'intention des rédactions

L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite est un partenariat public-privé dirigé par les gouvernements nationaux avec six grands partenaires : l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d'Amérique (CDC), l'UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates et l'Alliance Gavi.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X