Seychelles: Les graines de coco-de-mer aux Seychelles sont divisées entre 50-50 mâles et femelles, selon une nouvelle étude

De nouvelles recherches ont révélé que la même quantité de graines femelles et mâles des cocotiers de mer est produite naturellement et que les arbres femelles et mâles existent dans des proportions égales aux premiers stades de la vie, ce qui signifie qu'une plantation sélective n'est pas nécessaire.

Les découvertes sur la plus grosse noix du monde aideront à mettre fin à certains mythes et mystères autour de sa reproduction. Les faits récemment découverts concernant la détermination du genre des cocotiers de mer ont été publiés dans un article de recherche réalisé par la Seychelles Islands Foundation (SIF) en partenariat avec des scientifiques suisses de l'ETH Zürich.

La recherche - initiée par Emma Morgan dans le cadre de son programme de doctorat en 2013 - a examiné plusieurs processus démographiques et génétiques sous-jacents à la régénération du coco de mer.

La directrice générale du SIF, Frauke Fleischer-Dogley, a déclaré la semaine dernière à la SNA que le principal résultat de cette partie spécifique de la recherche génétique était que le rapport entre les plantes femelles et mâles était égal au stade de la noix.

« Ceci est très important dans la gestion de l'espèce, de sorte qu'il ne devrait pas y avoir d'enlèvement sélectif ou de plantation de noix d'une certaine forme pour s'assurer que le palmier soit femelle ou mâle », a déclaré Mme. Fleischer-Dogley.

Dans les palmeraies de Fond Ferdinand et dans le parc national de Praslin, il y a beaucoup plus de femelles que de mâles, alors que dans la Vallée de Mai, il y a plus de mâles. (Gerard Larose) Photo license: CC-BY

Le coco de mer, autrement connu sous le nom de Lodoicea, est unique à l'archipel des 115 îles de l'océan Indien occidental. Le coco de mer est dioïque, ce qui signifie que chaque plante est soit mâle, soit femelle.

La noix pousse naturellement sur seulement deux des îles des Seychelles. Sur Praslin, la deuxième île la plus peuplée, dans la réserve spéciale de la Vallée de Mai qui est également l'un des deux sites du patrimoine mondial de l'UNESCO de la nation insulaire.

La plante se trouve également sur l'île Curieuse, un parc national situé tout près de Praslin. Son statut de roi des palmiers et de géant du règne végétal en fait une attraction majeure pour les vacanciers.

La recherche a révélé que dans la plupart des populations sauvages, le genre-ratio adulte n'est pas égal. Par exemple, dans les palmeraies de Fond Ferdinand et dans le parc national de Praslin, il y a beaucoup plus de femelles que de mâles, alors que dans la Vallée de Mai, il y a plus de mâles.

Selon Mme. Fleischer-Dogley: Toutes les populations de coco de mer montrant un certain biais envers un genre ont été fortement impactées par les activités humaines, par exemple, le feu ou la récolte sélective du coco de mer pour le bois selon les croyances que le bois d'un genre était supérieur.

«Dans le passé également, le cœur communément appelé cœur de coco de mer - la toute jeune feuille qui n'était pas encore dépliée - était récolté pour l'artisanat. Il est possible que ces feuilles aient été récoltées de manière sélective sur des arbres mâles, car tout dommage grave à la partie interne d'un coco de mer entraînerait sa mort », a expliqué le directeur général.

Les découvertes sur la plus grosse noix du monde aideront à mettre fin à certains mythes et mystères autour de sa reproduction.

Le coco de mer peut prendre jusqu'à 50 ans pour atteindre la maturité sexuelle et commencer à produire des fleurs et jusque-là il est impossible de distinguer visuellement leur genres. «Pour cette raison, nous ne savons pas si les rapports de masculinité asymétriques chez les adultes sont dus à des proportions différentes de mâles et de femmelles en germination ou à des taux de mortalité différents à un âge plus avancé», a déclaré Mme. Fleischer-Dogley.

La réhabilitation de certaines zones pour assurer le maintien d'un équilibre du genre de la population dans certaines zones est un autre avantage dans la gestion des espèces végétales.

«Nous devons désigner certaines zones de nos forêts de coco de mer pour restaurer partiellement autant que possible nos populations de coco de mer dans lesquelles les noix de coco de mer peuvent germer et les semis pousser naturellement. Cela devrait conduire à la régénération d'une population de coco de mer équilibrée entre les genres et saine », a déclaré Mme Fleischer-Dogley.

Les chercheurs ont développé une nouvelle méthode qui leur a permis de déterminer le sexe des plantes immatures, ce qui n'était pas possible auparavant. Les auteurs ont examiné près de 600 plantes immatures sur Praslin et Curieuse et ont découvert que les deux genres germaient en nombre à peu près égal.

En 2018, un recensement national de trois mois effectué sur les cocotiers de mer, à l'exception de l'île Curieuse, a révélé qu'il y avait environ 8000 arbres en bonne santé. L'enquête couvrait à la fois les propriétés publiques et privées où poussent les arbres. Le recensement a été réalisé par le ministère de l'Environnement pour fournir des informations actualisées afin de permettre une meilleure gestion et d'assurer sa survie.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.