Burkina Faso: Ecoles non conventionnelles - 134 établissements scolaires privés dans le collimateur du ministère de l'Education nationale

A l'entame de sa déclaration liminaire, le ministre a réitéré les encouragements de l'Etat burkinabé aux promoteurs privés (pour la création et l'ouverture des établissements) pour un meilleur accès des enfants du pays à l'éducation.

Toutefois il a rappelé que ces promoteurs devraient respecter les réglementations en la matière sous peine de se voir pénaliser ou fermer après contrôle.

D'abord en ce qui concerne le cas des élèves affectés par exemple, après le contrôle, il s'avère que de nombreux élèves sont absents dans leur établissement (en 2019-2020 sur 363 établissements contrôlés 51752 élèves ont été contrôlés avec 300 absents constatés).

Cependant cette absence n'a pas été signalée par les établissements d'accueils. Ensuite certains établissements privés non reconnus fonctionnent en toute illégalité ou irrégularité et ont été classés en deux groupes.

D'un côté ceux qui présentent des atouts (infrastructures adéquats, superficie suffisantes et cadres scolaires appropriés) et de l'autre ceux qui ont des défaillances énormes (établissement situé face à un marché ou d'un débit de boisson ou d'un cimetière, conditions sanitaires graves et manque d'hygiène... ).

Pour les établissements présentant des atouts, le ministre s'engage à les accompagner, mais pour ceux présentant des défaillances ils seront simplement supprimés.

Selon le ministre, le privé constitue un partenaire privilégié de l'Etat en matière d'éducation et mérite un accompagnement mais cet accompagnement ne se fait pas sans difficultés. C'est pourquoi il dit être prêt à poursuivre les contrôles pour un assainissement du secteur privé dans l'éducation nationale.

Cette conférence a été l'occasion pour le ministre de remercier tous les acteurs du monde éducatif pour les résultats obtenus à l'issue des examens de la session 2020 et ce, malgré des conditions difficiles et rappeler que la rentrée scolaire 2020-2021 est prévue pour le 1er octobre 2020 avec la rentrée administrative le 15 septembre 2020.

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.