Afrique: Mécanisme pour un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19 - 172 pays participants et plusieurs vaccins candidats

9 vaccins candidats dont la CEPI soutient la mise au point font partie de l'initiative COVAX, neuf autres vaccins candidats sont en cours d'évaluation et des discussions au sujet de l'approvisionnement ont été engagées avec d'autres producteurs dont les travaux de recherche-développement ne sont pas actuellement financés par le canal du Mécanisme COVAX : le COVAX couvre ainsi l'éventail de vaccins anti-COVID-19 le plus large et le plus diversifié au monde.

80 pays qui pourraient s'autofinancer ont, sans engagement formel, présenté une manifestation d'intérêt en vue de participer au Mécanisme COVAX coordonné par l'Alliance Gavi, venant ainsi s'ajouter aux 92 pays et territoires à revenu faible ou intermédiaire qui remplissent les conditions pour bénéficier du système de garantie de marché (AMC) du COVAX.

Le but fixé - maîtriser la pandémie grâce à un accès équitable aux vaccins contre la COVID-19 - exige de tous les pays un engagement et un investissement immédiats et de grande ampleur.

172 pays et territoires ont maintenant entamé des discussions en vue de participer au Mécanisme COVAX, initiative mondiale consistant à collaborer avec les fabricants de vaccins pour garantir aux pays du monde entier un accès équitable à des vaccins sûrs et efficaces, une fois qu'ils seront homologués et approuvés. Le COVAX couvre actuellement l'éventail de vaccins anti-COVID-19 le plus large et le plus diversifié au monde, dont neuf vaccins candidats. Neuf autres sont en cours d'évaluation et des discussions ont été engagées avec d'autres grands producteurs.

Le COVAX, qui est le volet vaccins du Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT), est codirigé par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), l'Alliance Gavi et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et travaille en partenariat avec des fabricants de vaccins de pays développés et de pays en développement. C'est la seule initiative mondiale qui collabore avec les gouvernements et les fabricants pour mettre les vaccins contre la COVID-19 à la disposition du monde entier, à la fois des pays à haut revenu et des pays à bas revenu.

Afin d'obtenir suffisamment de doses de vaccins pour protéger les populations les plus vulnérables, comme les agents de santé et les personnes âgées, le partenariat va passer à la prochaine étape consistant à confirmer, d'ici au 31 août, l'intention de participer manifestée par les pays qui pourraient s'autofinancer, et de les amener à prendre des engagements fermes en adhérant au Mécanisme COVAX d'ici au 18 septembre, puis à procéder à des versements initiaux, au plus tard le 9 octobre 2020.

« L'égalité d'accès à un vaccin contre la COVID-19 est capitale pour vaincre le virus et ouvrir la voie au relèvement après la pandémie », a déclaré le Premier ministre suédois, Stefan Löfven. « Il ne s'agit pas d'une course que seuls quelques-uns gagneront, et le Mécanisme COVAX apporte une grande partie de la solution : faire en sorte que tous les pays aient accès au plus large éventail de vaccins candidats au monde et bénéficient d'une distribution juste et équitable des doses de vaccins. »

Le COVAX est un mécanisme de groupement des achats coordonné par l'Alliance Gavi pour les nouveaux vaccins anti-COVID-19 qui garantira à chaque pays participant un accès juste et équitable aux vaccins grâce à un cadre d'allocation que l'OMS est en train d'élaborer. Le Mécanisme COVAX utilisera pour ce faire le pouvoir d'achat collectif des pays et territoires participants et fournira des garanties de volume pour une gamme de vaccins candidats prometteurs, permettant ainsi aux fabricants de vaccins dont l'expertise est essentielle pour produire les nouveaux vaccins à grande échelle d'investir par anticipation et à moindre risque dans la capacité de production, ce qui donnera aux pays et aux territoires participants toutes les chances d'accéder rapidement aux doses vaccinales quand un vaccin anti-COVID-19 sera retenu.

Pour que le COVAX fonctionne, il faut non seulement que les pays y adhèrent, mais qu'ils comblent les principaux déficits de financement à la fois de la recherche-développement et d'un système facilitant la participation des pays à faible revenu au Mécanisme.

« La COVID-19 est un défi sanitaire mondial sans précédent qui ne peut être relevé que grâce à une coopération sans précédent entre les gouvernements, les chercheurs, les fabricants et les partenaires multilatéraux », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. « En mettant en commun les ressources et en agissant de manière solidaire dans le cadre de l'Accélérateur ACT et du Mécanisme COVAX, nous pouvons faire en sorte que lorsqu'un vaccin anti-COVID-19 sera disponible, tous les pays en bénéficient équitablement. »

La CEPI dirige les travaux de recherche-développement sur les vaccins menés dans le cadre du COVAX, qui visent à développer trois vaccins sûrs et efficaces pouvant être mis à la disposition des pays participant au Mécanisme. La CEPI soutient actuellement les travaux sur neuf vaccins candidats ; sept d'entre eux font actuellement l'objet d'essais cliniques. Des gouvernements, des fabricants de vaccins (en plus de leur propre R&D), des organisations et des particuliers se sont engagés à verser 1,4 milliard de US $ pour la R&D sur les vaccins jusqu'à présent, mais il faut de toute urgence réunir 1 milliard de US $ supplémentaire pour continuer d'avancer.

Neuf autres vaccins candidats complétant l'éventail de vaccins de la CEPI sont en cours d'évaluation en vue de leur éventuelle inclusion dans le COVAX. En outre, il sera envisagé dans le cadre du COVAX de se procurer des vaccins complétant l'éventail actuel auprès de n'importe quel producteur dans le monde ; des discussions sont déjà en cours avec plusieurs fabricants dont les travaux de R&D ne sont pas subventionnés par la CEPI pour acheter leurs vaccins si ceux-ci sont retenus. L'élargissement maximum de l'éventail de vaccins augmente les chances de succès car le taux d'échec est élevé pour les vaccins pris séparément.

« Dans la course au vaccin, les pays peuvent faire cavalier seul - il y a alors peu de gagnants et beaucoup de perdants - ou s'associer au sein du COVAX, initiative qui allie l'intérêt éclairé de chacun au principe d'équité, pour ne laisser aucun pays de côté », a déclaré Richard Hatchett, Président du conseil d'administration de la CEPI. « Ce n'est qu'en adoptant une vision globale qu'on pourra protéger les personnes les plus à risque dans le monde contre les effets terribles de cette maladie. Le COVAX peut fournir les vaccins qui pourraient mettre fin à la pandémie, mais pour cela, les pays doivent aller de l'avant en adhérant au Mécanisme COVAX et en comblant les graves déficits de financement, y compris de la R&D. Les décisions qui sont prises aujourd'hui concernant les vaccins contre la COVID-19 peuvent changer notre avenir. Nous devons être courageux et ambitieux dans la recherche d'une solution multilatérale. »

Une collaboration entre le Serum Institute of India (SII), l'Alliance Gavi et la Fondation Bill et Melinda Gates annoncée plus tôt ce mois-ci (en anglais) permettra d'obtenir, par l'intermédiaire du Mécanisme COVAX, jusqu'à 100 millions de doses des vaccins candidats d'AstraZeneca ou de Novavax, s'ils sont retenus, pour les pays à revenu faible et intermédiaire, à seulement 3 US $ par dose. Le système offre également la possibilité de se procurer des doses supplémentaires si le COVAX l'estime nécessaire. Des accords séparés entre l'Alliance Gavi, la CEPI et AstraZeneca, annoncés en juin, garantissent 300 millions de doses supplémentaires du vaccin candidat, s'il est retenu, pour le Mécanisme COVAX.

En outre, l'Alliance Gavi a mis sur pied en juin dernier le système de garantie de marché (AMC) du COVAX, instrument de financement devant permettre à 92 pays à revenu faible ou intermédiaire de participer au Mécanisme. L'AMC a permis de lever plus de 600 millions de US $ sur le capital initial de 2 milliards qui doit être recueilli auprès de donateurs souverains ainsi que d'organismes philanthropiques et du secteur privé d'ici la fin de 2020. Le financement de l'AMC sera essentiel pour éviter que la capacité de payer ne soit un obstacle à l'accès aux vaccins anti-COVID-19, car une telle situation laisserait la plus grande partie du monde sans protection, et sans moyen d'atténuer la pandémie et son impact.

80 pays à revenu élevé, qui financeraient les vaccins à partir de leurs propres budgets publics, ont jusqu'à présent manifesté leur intérêt avant la date limite du 31 août fixée pour confirmation de leur intention de participer. Ils s'associeront aux 92 pays à revenu faible ou intermédiaire qui bénéficieront de l'appui de l'AMC si ses objectifs de financement sont atteints. Ensemble, ces 172 pays représentent plus de 70% de la population mondiale. Tous les continents et plus de la moitié des économies du G20 sont représentés dans ce groupe.

« Grâce à l'élan que suscite cet effort mondial sans précédent, on pourrait voir le bout du tunnel : un vaccin est la meilleure solution pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie et l'initiative COVAX est le meilleur moyen d'y arriver », a déclaré le Dr Seth Berkley, Président du conseil d'administration de l'Alliance Gavi. « Pour les pays à revenu élevé, l'avantage est double : non seulement vous aurez un accès garanti au plus large éventail de vaccins au monde, mais vous négocierez dans le cadre d'un consortium mondial, ce qui fera baisser les prix et garantira un accès véritablement mondial. L'adhésion au Mécanisme COVAX donne à chaque pays les plus grandes chances de protéger les membres les plus vulnérables de sa population - ce qui, par ricochet, donne à l'ensemble du monde les plus grandes chances d'atténuer les lourdes conséquences de cette pandémie sur les individus, les communautés et l'économie mondiale. Pour concrétiser cette vision intégrale des choses, il faut que les pays s'engagent eux aussi intégralement : à financer la R&D, à adhérer au Mécanisme et à soutenir l'AMC.

Le Mécanisme COVAX est coordonné par l'Alliance Gavi et constitue un élément clé du COVAX, qui est le volet vaccins de l'Accélérateur ACT, projet de collaboration mondiale révolutionnaire auquel participent les fabricants de vaccins et qui vise à accélérer le développement et la production de tests, de traitements et de vaccins pour la COVID-19, et l'accès équitable à ces produits. L'objectif global du COVAX est d'accélérer le développement et la fabrication des vaccins contre la COVID-19 et de garantir un accès juste et équitable pour tous les pays du monde. Le moyen d'y parvenir est de répartir les risques associés à la mise au point de vaccins et, si nécessaire, d'investir dans la fabrication au stade initial pour que les vaccins puissent être distribués à grande échelle dès que leur innocuité et leur efficacité seront prouvées, et de grouper les achats et le pouvoir d'achat de façon à obtenir des volumes suffisants pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie d'ici à 2021.

L'objectif du COVAX est de fournir, d'ici la fin de 2021, 2 milliards de doses de vaccins sûrs et efficaces qui ont été homologués par les organismes de réglementation et/ou préqualifiés par l'OMS. Ces vaccins seront offerts également à tous les pays participants, en quantités proportionnelles à leur population, en donnant initialement la priorité aux agents de santé, puis en étendant leur distribution aux groupes vulnérables, tels que les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies préexistantes. D'autres doses seront ensuite mises à disposition en fonction des besoins du pays, des vulnérabilités et de la menace que représente la COVID-19. Le Mécanisme COVAX constituera également un stock de doses à utiliser en cas d'urgence et à des fins humanitaires, y compris pour enrayer les flambées graves avant qu'elles ne deviennent incontrôlables.

Note aux rédactions

La liste complète des vaccins candidats dont la mise au point est soutenue par la CEPI est la suivante :

Inovio, États-Unis d'Amérique (Phase I/II)

Moderna, États-Unis d'Amérique (Phase III)

CureVac, Allemagne (Phase I)

Institut Pasteur/Merck/Themis, France/États-Unis d'Amérique/Autriche (essais précliniques)

AstraZeneca/Université d'Oxford, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (Phase III)

Université de Hong Kong, Chine (essais précliniques)

Novavax, États-Unis d'Amérique (Phase I/II)

Clover Biopharmaceuticals, Chine (Phase I)

Université du Queensland/CSL, Australie (Phase I)

Les 9 vaccins candidats qui sont actuellement en cours d'évaluation en vue de leur inclusion dans le Mécanisme COVAX comprennent 2 vaccins élaborés en Chine, 2 aux États-Unis d'Amérique, un en République de Corée, 1 au Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, et 1 élaboré par un partenariat mondial multi-fabrication. 2 d'entre eux font l'objet d'essais de phase I, 2 sont des transferts de technologie et les autres en sont au stade de la découverte. Au nombre des 80 pays qui ont présenté une manifestation d'intérêt en vue de participer au Mécanisme COVAX coordonné par l'Alliance Gavi figurent 43 pays qui ont accepté d'être nommés publiquement : Afrique du Sud, Andorre, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Botswana, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Croatie, Émirats arabes unis, Estonie, Finlande, Grèce, Islande, Iraq, Irlande, Israël, Japon, Jordanie, Koweït, Liban, Luxembourg, Macédoine du Nord, Maurice, Mexique, Monaco, Monténégro, Norvège, Nouvelle-Zélande, Palaos, Portugal, Qatar, Saint-Marin, Seychelles, Singapour, Suisse, République de Corée, République dominicaine, République tchèque, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et Irlande du Nord et Venezuela.

En juillet, le conseil d'administration de l'Alliance Gavi s'est mis d'accord sur les 92 pays qui seraient soutenus par le système de garantie de marché (AMC). La liste complète est la suivante :

Pays à faible revenu : Afghanistan, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Haïti, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Népal, Niger, Ouganda, République arabe syrienne, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République populaire démocratique de Corée, République-Unie de Tanzanie, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Soudan du Sud, Tadjikistan, Tchad, Togo et Yémen.

Pays et territoires à revenu intermédiaire de la tranche inférieure : Algérie, Angola, Bangladesh, Bhoutan, Bolivie, Cabo Verde, Cambodge, Cameroun, Cisjordanie et Gaza, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Djibouti, Égypte, El Salvador, Eswatini, Ghana, Honduras, Îles Salomon, Inde, Indonésie, Kenya, Kirghizistan, Kiribati, Lesotho, Maroc, Mauritanie, Micronésie, Mongolie, Myanmar, Nicaragua, Nigéria, Ouzbékistan, Pakistan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, République démocratique populaire lao, République de Moldova, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Soudan, Sri Lanka, Timor-Leste, Tunisie, Ukraine, Vanuatu, Viet Nam, Zambie et Zimbabwe.

Autres pays pouvant prétendre à l'aide de l'IDA : Dominique, Fidji, Grenade, Guyana, Îles Marshall, Kosovo, Maldives, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Samoa, Tonga et Tuvalu.

À propos de l'Alliance Gavi

L'Alliance Gavi est un partenariat public-privé qui aide à vacciner la moitié des enfants du monde contre certaines des maladies les plus mortelles. Depuis sa création en 2000, l'Alliance Gavi a aidé à vacciner toute une génération - plus de 760 millions d'enfants - et a permis d'éviter plus de 13 millions de décès, contribuant ainsi à réduire de moitié la mortalité de l'enfant dans 73 pays en développement. L'Alliance Gavi contribue aussi dans une large mesure à l'amélioration de la sécurité sanitaire dans le monde en soutenant les systèmes de santé et en finançant les stocks mondiaux de vaccins contre la maladie à virus Ebola, le choléra, la méningite et la fièvre jaune. Après deux décennies de progrès, l'Alliance Gavi se concentre maintenant sur la protection de la prochaine génération et sur la vaccination des enfants encore laissés pour compte, en recourant à des solutions de financement innovantes et aux toutes dernières technologies, comme les drones et la biométrie, pour sauver des millions de vies, enrayer les flambées épidémiques avant qu'elles ne se propagent et aider les pays à devenir autosuffisants. Pour en savoir plus, consultez le site www.gavi.org et retrouvez-nous sur Facebook et sur Twitter.

L'Alliance Gavi rassemble les gouvernements de pays en développement et de pays donateurs, l'Organisation mondiale de la Santé, l'UNICEF, la Banque mondiale, l'industrie des vaccins, les organismes techniques, la société civile, la Fondation Bill et Melinda Gates et d'autres partenaires du secteur privé. Consultez ici la liste complète des gouvernements donateurs et des grandes organisations qui financent les travaux de l'Alliance Gavi.

À propos de la CEPI

La CEPI est un partenariat innovant entre des organisations publiques, privées, philanthropiques et civiles, créé à Davos en 2017, pour développer des vaccins permettant de mettre fin aux épidémies futures. La CEPI a agi au plus vite et en coordination avec l'OMS face à l'émergence de la COVID-19. Elle a instauré neuf partenariats pour mettre au point des vaccins contre le nouveau coronavirus. Les programmes font appel à des systèmes d'intervention rapide déjà soutenus par la CEPI ainsi qu'à des partenariats nouveaux.

Avant que la COVID-19 n'apparaisse, les maladies prioritaires de la CEPI étaient la maladies dues au virus Ebola, au virus de Lassa, au coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, au virus Nipah, la fièvre de la vallée du Rift et le Chikungunya. La CEPI a également investi dans des plateformes techniques pouvant être utilisées pour rapidement mettre au point des vaccins et des immunoprophylaxies contre des agents pathogènes inconnus (Maladie X).

À propos de l'OMS

L'Organisation mondiale de la Santé est l'organisme chef de file en matière de santé dans le système des Nations Unies. Fondée en 1948, l'OMS collabore avec 194 États Membres, dans six Régions et dans plus de 150 bureaux, pour promouvoir la santé, préserver la sécurité mondiale et servir les populations vulnérables. Notre objectif pour 2019-2023 est de faire en sorte qu'un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle, qu'un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d'urgence et qu'un milliard de personnes supplémentaires bénéficient d'un meilleur état de santé et d'un plus grand bien-être.

Pour obtenir des données actualisées sur la COVID-19 et des conseils de santé publique qui vous aideront à vous protéger contre le coronavirus, consultez le site www.who.int et suivez l'OMS sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, TikTok, Pinterest, Snapchat et YouTube.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X