Cameroun: Couverture santé universelle - Un chantier-phare du septennat

La signature du contrat de partenariat en vue de sa mise en œuvre est l'expression en acte concret d'un engagement pris par le président Paul Biya.

« Historique ! » Le ministre de la Santé publique, le Dr Malachie Manaouda, a de bonne raisons de s'exclamer. Il a été témoin, hier, d'un pas décisif dans la matérialisation d'une promesse du président de la République, Paul Biya. En effet, l'un des piliers du septennat des Grandes opportunités, ouvert le 6 novembre 2018, était la Couverture santé universelle (CSU). Sa mise en œuvre était non seulement un engagement, mais une option du chef de l'Etat, afin de garantir la santé pour tous, « gage de développement pour une nation ».

L'Organisation mondiale de la Santé n'hésite d'ailleurs pas à qualifier ce projet de « majeur », à haute portée sociale, sociétale et économique pour le Cameroun. Et parlant de ce chantier, Paul Biya indiquait alors : « Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous. C'est dans cette optique, que j'ai donné au gouvernement, l'instruction de parachever les réflexions relatives à la mise en place progressive de la Couverture santé universelle ». C'était le 31 décembre 2017, dans son traditionnel message de fin d'année à la nation.

Le Cameroun a donc entamé la marche vers la modernisation et l'universalisation de son offre de santé. En effet, la CSU est un outil qui garantit des services de santé essentiels à l'ensemble des populations. Ceci, indépendamment des ressources financières. En clair, Il s'agit d'une politique de justice sociale qui permettra de réduire les inégalités d'accès aux soins de santé dans les ménages et de favoriser l'assurance maladie universelle. Sur le principe, le processus de mise en œuvre enclenché hier entre le gouvernement camerounais et la société Sante universelle Cameroun S.A. devra répondre à trois questions essentielles. Quels sont les services offerts ? Qui est couvert ? Et comment ?

L'on se souvient que ce processus avait connu un coup d'accélérateur le 16 juin dernier. Le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, avait alors signé un communiqué de presse portant désignation de l'adjudicataire du Contrat de partenariat public-privé pour le « Projet de financement, de conception, de construction, d'exploitation, d'équipement et de maintenance du système de gestion de la Couverture santé universelle (CSU) » au Cameroun. Il s'agit de la société anonyme New Tech Management Cameroon (NTMC SA).

Après les formalités d'usage, la société Santé universelle Cameroun S.A. a donc été créée à l'effet de réaliser ces missions indispensables à mettre en place de la CSU. Elle a pour missions, entre autres, de la collecte des contributions sociales du secteur informel, du conventionnement des formations sanitaires publiques et privées, du contrôle médical et des paiements des factures des prestataires agréés, ou du suivi et de l'évaluation des soins et de services de santé.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.