Congo-Brazzaville: Célébration - Les Bantous de la capitale, Mbilia Bel et Bozi sur scène pour les 86 ans de Jeannot Bombenga

En présence du ministre de la Culture et Arts, Jean-Marie Lukundji, invité à la soirée d'anniversaire du 25 août tenue à Maïsha life, les artistes de Brazzaville et de Kinshasa ont rendu leur hommage en chanson au grand patriarche de la rumba congolaise.

Nœud de papillon rouge et pochette assorti, veste avec col à paillettes argentées assorti à un gilet à paillettes argenté aussi coiffé d'un borsalino pailleté, Jeannot Bombenga a tout gardé de la rumba attitude. En effet, en dépit de son grand âge, le patriarche n'a pas perdu de sa prestance. Car, comme vous le dirait le professeur Yoka, fervent défenseur de la rumba, l'élégance vestimentaire fait aussi partie des incontournables de cette musique qui n'a de cesse de faire vibrer les deux Congo.

Pour preuve, même la frontière fermée à cause de la Covid-19 n'a pas eu raison de la ferveur des Bantous de la capitale. Une délégation importante du groupe mythique de l'autre rive a fait une prestation juste remarquable à la soirée d'anniversaire. Après le brillant instrumental de célébration de ses 50 ans en guise d'entrée, les Bantous ont vogué entre leur répertoire et des interprétations. Le mythique Ebale ya Congo, Pont sur le Congo de Franklin Boukaka, Comité ya Bantous. Des titres auxquels l'Amicale Malebo, danseurs de la génération des deux orchestres prestataires de la soirée.

Vox Africa, le groupe légendaire qui n'a de cesse d'accompagner Jeannot Bombenga a agrémenté le clair de la soirée anniversaire de son leader et fondateur. Le groupe a ouvert le bal au son d'Ilunga Zephé. Mobali ya Buke, Africa Mokili mobimba ont donné un bel entrain à la fête que le ministre Jean-Marie Lukundji a honoré de sa présence. C'est de sa main que Jeannot Bombenga a reçu sa part de gâteau offert par le maître des lieux, Yves Ngoma. Verckys Kiamuangana, son saxo à la main était aussi de la partie.

En guise de rappel de ses tubes de la fameuse belle époque des anciens ténors de la rumba Loboko na litama et Mobali ya ngelele ont comme l'ensemble des morceaux de la soirée trouvé preneur. La piste n'a presque pas manqué de danseurs en plus de l'Amicale Malebo composé des amateurs de la rumba d'époque. Ses danseurs d'un certain âge déjà acteurs de l'ambiance d'autrefois ont trouvé là l'occasion de revivre non sans grande nostalgie des souvenirs datant de quelques bonnes décennies dépoussiérés.

Place aux tubes

Pour l'occasion, c'est sur les musiciens de Vox africa que s'est reposée la seule voix féminine de la soirée qui était à ravir. La Cléopâtre Mbilia Bel a de bien belle façon rendu hommage à l'heureux quinquagénaire festoyé. Assis juste à ses côtés sur le podium, il semblait l'écouter avec le plus grand bonheur chanter Nakei Nairobi, puis Manzil-Manzil que les dames de l'Amicale Malebo ont ovationné sans retenue. À son tour, le « Grand-père » Bozi Boziana a servi à déguster l'un de ses fameux tubes, La reine de Sabah.

Pour sa part, le vénérable monument vivant de la rumba qui porte aussi bien ses 86 ans d'âge que ses 66 ans de carrière musicale ininterrompue a pris le micro le temps d'un morceau. Il a gratifié les mélomanes présents de sa voix chantant Mado. Les Bantous revenus à la charge se sont alternés avec Vox Africa jusqu'à l'extinction des lumières, il était déjà une heure du matin quand la fête prenait fin.

Le comité d'organisation de la soirée dont le chanteur Blaise Bula était également membre était présidé par Bozi secondé par Charly Kumwimba et Dieudonné Yangumba. Il s'est fortement réjoui d'avoir réussi à orchestrer cet hommage à Jeannot Bombenga inspiré du concept « Aimons-nous vivants », comme ils l'ont indiqué. Elle passe pour un témoignage de la volonté actuelle des acteurs de la musique congolaise de rendre les honneurs qui leur sont dus aux aînés méritants.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.