Cote d'Ivoire: Hommages de la nation à l icône de la chorégraphie - Honneurs militaires pour Marie-Rose Guiraud

La reconnaissance de la nation ! Marie-Rose Guiraud en aura jusqu'à l'ultime moment de séparation. Le 28 août prochain, avant de l'accompagner à sa dernière demeure, au cimetière de Williamsville-Abidjan, l'icône de la danse et la chorégraphie recevra les honneurs militaires dans la cour de la société « Ivoire sépulture » (Ivosep) à Treichville à la fin du cérémonial de la levée de corps.

Bien avant cette cérémonie qui sera marquée par la remise du drapeau national à la famille de l'illustre disparue, parents, autorités, amis, connaissances et admirateurs, assisteront à plusieurs témoignages. L'occasion sera offerte au ministère de la Culture et de la Francophonie de rendre hommage à cette qui a hissé, à travers le monde, le drapeau ivoirien au firmament.

Il en sera de même pour « les Guirivoires », la troupe artistique pouponné par Marie-Rose Guiraud de porter témoignage audelà de la fresque que ces « enfants » de l'icône offriront pour dire à Dieu à leur « maman ». Au menu de cette cérémonie, le public aura également droit au témoignage de Georges Momboye, au nom de tous les artistes ivoiriens, africains et du monde entier.

Le clou de cette cérémonie sera l'oraison funèbre du Professeur Yacouba Konaté, Secrétaire général de la Grande Chancellerie de l'Ordre national. Décédée le 20 avril dernier, les obsèques de Marie-Rose Guiraud ont débuté mercredi dernier par la cérémonie de présentation de condoléances.

Celle-ci a lieu, presque tous les jours, dans les locaux de l'Ecole de danse et d'échanges culturels (EDEC) à la Riviera palmeraie à Cocody-Abidjan. Depuis lors, toute la nation est mobilisée pour des obsèques dignes de l'icône de la danse, de la chorégraphie, Marie-Rose Guiraud.

A en croire le Coordonnateur général du Comité d'organisation des obsèques, Diallo Ticouaï Vincent, tout est mis en œuvre pour que le programme établi permette à chaque Ivoirien de saluer la mémoire de celle dont la vie artistique a été le substrat de la carrière de milliers de jeunes artistes ivoiriens et africains qui font valoir leur art aujourd'hui à travers le monde.

Entre autres points saillants, la première veillée traditionnelle prévue le samedi 22 août à l'EDEC. Le 25 août, se tiendra une veillée de prières œcuméniques à IVOSEP à Treichville. Celle-ci sera ponctuée par des témoignages et des prestations artistiques.

Figure emblématique de la chorégraphie africaine, par ailleurs, fondatrice de l'EDEC, professeur de danse et anthropologue des danses africaines, Marie-Rose Guiraud est née le 10 septembre 1944 à Ouyably, dans le département de Kouibly, Région du Guémon, à l'Ouest de la Côte d'Ivoire.

Initiée à la danse, elle a commencé sa carrière artistique de danseuse spirituelle et chanteuse traditionnelle africaine depuis l'âge de quatre ans.

La Côte d'Ivoire, avec au premier chef le président de la République, a honoré Marie-Rose Guiraud en la classant au rang d'Icône de la République, au même titre que plusieurs autres hommes des arts et de la culture qui ont porté haut le drapeau ivoirien par la pertinence de leurs créations.

C'est d'ailleurs à la demande du chef de l'Etat, Alassane Ouattara, qu'elle est rentrée au bercail après un long séjour aux Etats Unis.

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.