Burkina Faso: Le projet "Anw ka kêlê" fait don de plus de 5000 paires de gants au CSPS de Yimdi

Yimdi est située dans la commune de Tanghin Dassouri sur la Route nationale N1. Forte d'une population de plus de 5000 âmes, la première formation sanitaire de la localité est très sollicitée par les usagers victimes d'accidents sur l'axe Ouagadougou-Bobo-Dioulasso.

En plus, ce sont plus d'une cinquantaine de patients qui visitent le centre au quotidien selon Edourd Kabré, infirmier en chef dudit centre de santé.

Mais pourtant, ce centre est en manque permanent de médicaments de première nécessité. Dans le cadre donc de son projet "Anw ka kêlê", le Réseau des clubs RFI du Burkina est allé au secours de ce centre dont les usagers selon son président du Comité de gestion (Coges), Sylvain Nikiema, étaient obligés de parcourir de grandes distances pour se procurer les médicaments de première nécessité. " Notre premier souci est le manque de produits dans nos locaux.

Notre deuxième souci est le manque de matériel adéquat pour la bonne prise en charge de nos patients. Nous sommes donc très heureux de ce geste très important pour nous.

Grâce à ces gants indispensables pour notre centre de santé, ce sera désormais une épine de moins pour les populations de toute la localité", témoigne M. Nikiema qui profite d'ailleurs de l'occasion pour lancer un appel aux bonnes volontés.

Pour Ben Adama Coulibaly, coordonnateur du projet "Anw ka kêlê", il s'agit ainsi de soulager les personnes vulnérables et les femmes enceintes dans le cadre de la lutte contre la maladie à Coronavirus et au-delà.

"Nous savons tous que le paludisme est très fréquent en période d'hivernage donc le Centre de santé et de promotion social en dehors de la Covid-19, est fortement sollicité. Et en générale, ces personnes sont contraintes de payer les gants médicaux avant les premiers soins.

Ce qui n'est pas aisée parfois pour elles. Nous espérons qu'avec ce lot de gants, ces populations pourront être soulagées un temps soit peu", laisse entendre le coordonnateur de Anw ka kêlê.

Pamela Kaboré très heureuse de prendre part à ce projet "Anw ka kêlê"

Pamela Kaboré est une volontaire du projet "Anw ka kêlê". Pour elle, il n'y a rien qui rend plus heureux que de se sentir utile pour sa communauté.

"Depuis le début de se projet, nous parcourons villes et quartiers pour non seulement sensibiliser les populations sur les mesures barrières à observer dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 mais nous leur apportons également notre modeste contribution en cas de nécessité.

Et vu l'accueil que nous réservent les populations, je me rend compte que le besoin était vraiment là. C'est le lieu d'interpeller les partenaires techniques et financiers afin que ce genre de projets puissent perdurer", témoigne-t-elle.

"Notre combat" comme l'indique le slogan du projet, se donne ainsi donc pour mission, de mener le combat contre un certains nombre de maux qui minent la société burkinabè. Et le choix du CSPS de Yimdi n'est pas anodin.

En effet selon Edourd Kabré, infirmier en chef dudit centre de santé qui fait remarquer que le CSPS de Yimdi avait vraiment besoin de ce genre de consommable de première nécessité.

"Ces gants nous permettrons de prendre en charge les personnes vulnérables telles que les enfants, les femmes enceintes ou en travail et surtout les personnes accidentées qui arrivent souvent sans moyens financiers. Grâce à ce geste, nous pourrons désormais les prendre en charge gratuitement", indique M. Kabré.

Sabine Simporé n'a plus besoin de débourser 1FCFA pour des gants médicaux

Première bénéficiaire de ces gants médicaux, Sabine Simporé qui faisait son pansement après une opération chirurgicale, ne peut qu'être heureuse.

"Je viens régulièrement faire mon pansement mais à chaque fois, je dois impérativement acheter des gants pour le traitement, chose qui n'est pas facile. L'obtention des gants ce matin me fait très plaisir et je remercie les donateurs pour leur geste et que Dieu les accompagne", témoigne dame Simporé.

En rappel, "Anw ka kêlê" est un projet mis en œuvre par le Réseau des Clubs RFI du Burkina avec le soutien financier du Centre de crise et de soutien du ministère français des Affaires étrangères de l'Europe et le partenariat de France Médias monde.

Ainsi, 65 jeunes volontaires des Clubs RFI/Burkina sillonnent les différents quartiers des 11 villes concernées pour cette campagne de sensibilisation depuis le 1er mai 2020 à travers son slogan "J'accepte, je me protège, je protège".

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.