Pourquoi les femmes entrepreneurs ne doivent pas être laissées pour compte dans la reconstruction de nos économies

31 Août 2020

- Les femmes entrepreneurs ont un grand rôle à jouer dans une Afrique post-COVID 19 et peuvent réduire considérablement la forte dépendance du continent à l'égard des importations de produits alimentaires, médicaux et pharmaceutiques essentiels, déclare Mama Keita, de la Commission économique pour l'Afrique lors d'une réunion virtuelle organisée par le Bureau de l'Envoyé spécial pour les Grands Lacs.

Le dialogue virtuel régional a lancé un appel visant à relever les défis économiques et sociaux rencontrés par les femmes et les filles à la suite de la pandémie COVID 19, en mettant l'accent sur l'autonomisation économique des femmes et leur participation effective à la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs

Mme Keita, Directrice du Bureau sous-régional de la CEA pour l'Afrique de l'Est, présentant les effets socio-économiques du COVID-19 dans la région des Grands Lacs, souligne comment la réduction des activités économiques résultant des mesures de confinement, de couvre-feu ainsi que de la perturbation du commerce international affecte la région. Elle appelle à des politiques et initiatives innovantes susceptibles de faire une différence pour les femmes.

« Alors que nous attelons à reconstruire nos économies après le COVID et que nous cherchons à transformer les vulnérabilités en opportunités, rappelons que le commerce intra-africain est encore très faible, représentant moins de 20% et que les femmes entrepreneurs ont un rôle important à jouer pour le stimuler, indique Mme Keita.

M. Huang Xia, Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région reconnaît également les effets disproportionnés et négatifs de la pandémie sur les femmes et les filles, en particulier dans la sphère économique, et souligne la nécessité de placer les femmes au centre de toutes les initiatives de riposte.

Clare Akamanzi, PDG du Conseil de développement du Rwanda souligne également le rôle des femmes entrepreneurs. Et ajoute que l'autonomisation des femmes est un moyen de réaliser tous les Objectifs de développement durable.

Mme Akamanzi explique comment les femmes qui ont des projets commerciaux solides et innovants au Rwanda sont soutenues dans leur quête d'acquérir un capital de démarrage dans des institutions financières grâce à des mécanismes de garantie et de subvention.

« Aujourd'hui, [au Rwanda], les femmes entrepreneurs dirigent plus de 42% des entreprises. Elles contribuent à 78% du commerce transfrontalier et celui-ci contribue à 30% du PIB », explique Akamanzi.

Les participants de la réunion virtuelle ont discuté de la capacité des femmes à être des agents du changement pour la transformation socio-économique, affirmant que lorsque nous soutenons le développement économique des femmes, le bien-être de leur famille est également affecté.

La réunion s'est tenue le 28 juillet et a attiré des femmes chefs d'entreprise remarquables d'Afrique de l'Est, des fonctionnaires des gouvernements et des Nations Unies ainsi que des représentants des Communautés économiques régionales.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.