Mali: Un civil tué par des militaires de l'opération Barkhane

Des militaires

Un civil a été tué et deux blessés mardi par des militaires français de Barkhane dans un incident impliquant un bus, à une cinquantaine de kilomètres de Gao.

L'état-major français affirme que le véhicule roulait très vite et se dirigeait vers un convoi militaire et que des tirs de sommation ont ricoché. Une version démentie par la société de transport propriétaire du bus.

Le bus transportait 45 passagers. Il a quitté Bamako pour la localité de Gao. À une cinquantaine de kilomètres de la ville principale du nord du Mali, une unité de la force Barkhane, l'opération militaire antijihadiste menée au Sahel et au Sahara par l'armée française, circule sur un ruban de bitume.

Selon la version de l'armée française, le bus se dirigeait à vive allure en direction du convoi militaire. Sommations verbales, gestuelles, premier tir de sommation, mais le bus ne s'arrête pas, détaille encore Barkhane.

Dans la zone, la menace de véhicules suicides est élevée. La force française reconnaît qu'il y a eu un second tir de sommation dirigé vers le sol.

« Le bus roulait à 40 kilomètres à l'heure »

Abdoulaye Haidara, le PDG de la société Nour transport à qui appartient le bus, a donné lui une autre version des faits. « Il n'y a pas eu de tirs de sommation. Le bus roulait à 40 kilomètres à l'heure, sur un terrain plat, bien visible. Le bus était à 200 mètres du convoi. »

En tout cas, les deux balles tirées ont finalement traversé le parebrise du bus et ont blessé trois personnes, dont une grièvement. Évacuée par hélicoptère vers Gao, elle est décédée peu de temps après.

Selon l'armée française, toutes les mesures ont été prises pour établir les circonstances de l'événement avec l'appui de la gendarmerie malienne.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.