Tunisie: Aéroport de Tunis-Carthage | Vol des bagages - Ça reprend !

2 Septembre 2020

La dernière victime, une immigrante tunisienne, a perdu ses bijoux, estimés à cinq mille euros ! Inquiétant !

«L'accalmie» n'aura finalement duré que quelques semaines, because la fermeture des frontières au plus fort de l'invasion du coronavirus en Tunisie au mois de mars dernier. Une accalmie qui a infligé un dur revers au phénomène des vols des bagages à l'aéroport Tunis-Carthage où les dévaliseurs sans foi ni loi étaient, du coup, réduits au chômage forcé. Mais, voilà, il a fallu la réouverture des frontières pour que ça reprenne. Et de plus belle SVP ! En atteste la triste mésaventure vécue récemment par une concitoyenne, qui n'en revient pas encore, ses parents et amis non plus.

Scandaleux, honteux!

S.A. est une immigrante tunisienne basée dans la région parisienne. Elle venait de passer ses vacances dans nos murs. De belles vacances, selon ses dires, puisqu'elle s'y est bien amusée. Elle était donc très heureuse de rentrer en France. Que nenni, car, à son arrivée dans la capitale de l'Hexagone, une mauvaise surprise l'attendait. En récupérant sa valise, quelle ne fut sa stupéfaction, lorsqu'elle s'aperçut qu'elle était décadenassée. Suffisant pour croire au pire. Et c'est vrai, ses bijoux personnels qu'elle y avait pourtant mis avant son départ de Tunis n'étant plus là, alors que le reste des objets dissimulés dans la valise ont été épargnés. S'ensuivirent alors des moments d'affolement d'une rare crispation. La victime, incontestablement la plus touchée, était au bord de l'évanouissement, pour avoir perdu ses précieuses dorures que lui a offertes sa belle-mère à l'occasion de son mariage. Celle-ci, la dénommée Sourour qu'on a pu approcher via Internet, était, à son tour, inconsolable. «Ce n'est pas la disparition de ce trésor qui m'a coûté cinq mille euros (plus de 15 mille dinars de nos millimes), qui nous a fait mal, mais plutôt l'acte criminel dont on a été victimes», nous confie-t-elle, d'un ton râleur.

Et de poursuivre plus irritée que jamais : «C'est scandaleux ! Comment des pourritures pareilles agissent de la sorte et, plus grave encore, en toute impunité ? Pourquoi le compartiment des bagages à l'aéroport Tunis-Carthage est si perméable, si chaotiquement géré? Où sont passées les caméras de surveillance qu'on prétendait y avoir installé ?

Pourquoi ce phénomène dévastateur perdure-t-il de la sorte sans trouver personne pour l'arrêter ? A-t-on idée de la honte qu'il ne cesse de causer non seulement à notre tourisme, mais aussi et surtout à l'image de marque de tout un pays, de tout un peuple?» Non contente d'avoir fait ce «procès», Sourour n'a pas tardé à passer à la contre-attaque. En effet, après s'être rabattue sur la toile où sa vidéo a déjà fait le tour de facebook et des réseaux sociaux, elle vient d'engager les démarches nécessaires dans l'espoir que justice soit faite. «J'ai contacté, indique-t-elle, le bureau de Tunisair à Paris et je suis prête à aller jusqu'au bout de mes intentions, quitte à prendre l'attache de notre ambassade. Tout cela, non pas pour espérer récupérer les bijoux qui se sont évaporés à Tunis, mais tout simplement pour mettre le hola et sensibiliser les autorités compétentes sur la gravité de ce problème et sur l'urgence de prendre les mesures préventives pour en atténuer l'ampleur, tout en usant de fermeté et de durcissement à l'égard de tous ceux dont la culpabilité sera avérée. Sinon, la porte resterait ouverte à tous les abus, à la fuite en avant quoi».

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.