Mali: Rencontre entre le CNSP et la CMA, centrée sur l'Accord d'Alger

Le Colonel Wagué, porte-parole du CNSP, annonce des modifications dans l'organisation des concertations nationales sur la transition politique au Mali.

Bamako — Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), ont tenu mercredi une concertation centrée sur la mise en œuvre de l'Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d'Alger, rapportent les médias locaux.

La rencontre fait partie des concertations menées par des militaires mutins au Mali en vue de "procéder à une large concertation entre les forces vives de la nation", précise le CNSP qui a reçu en audience la plateforme des groupes armés du nord du Mali pour débattre de la mise en œuvre de l'Accord d'Alger, signé en 2015 entre le gouvernement malien et la CMA.

La rencontre a été présidée par le colonel Malick Diaw, l'un des vice-présidents de CNSP.

"J'ai informé les officiers dans la salle que la CMA n'est pas venue ici avec des propositions concrètes. Elles seront faites à la faveur d'une rencontre, Kidal, sur les grands enjeux de la transition", a pour sa part expliqué Mossa Ag Attaher, ancien porte-parole du mouvement.

Cette rencontre intervient au lendemain de l'annonce par le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni par vidéoconférence, de sa décision de renouveler les sanctions contre le Mali pour un an, en adoptant à l'unanimité une résolution qui prolonge également les travaux du groupe d'experts créé pour se pencher sur la question.

Le Conseil de sécurité a rappelé les dispositions de l'Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, en appelant à "appuyer pleinement et à suivre de près" sa mise en œuvre et à prendre, le cas échéant, des mesures contre quiconque entraverait l'exécution des engagements qui y figurent et la réalisation des objectifs poursuivis".

Lire aussi: Transition au Mali: le CNSP se concerte avec les partis et la société civile

Il a en outre exprimé "sa vive impatience" face aux retards persistants pris par les parties dans l'application de l'Accord d'Alger et note que ces retards contribuent à créer "un vide politique et sécuritaire qui compromet la stabilité et le développement".

Le conseil de sécurité a, toutefois, constaté que des progrès ont été "accomplis pendant les huit derniers mois dans l'application de l'Accord, et qu'un certain degré de volonté politique associé à des pressions internationales, notamment la perspective de sanctions, ont constitué des facteurs importants dans l'obtention de ces progrès".

Il a souligné qu"il importe que les parties s'emploient davantage à s'approprier la mise en œuvre de l'Accord d'Alger et à lui donner la priorité", affirmant qu'"il importe de garantir la participation entière, effective et véritable des femmes dans les mécanismes créés dans le cadre de l'Accord, pour en appuyer et en surveiller la mise en œuvre".

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X