Gambie: Déclaration commune du Canada et du Royaume des Pays-Bas concernant leur intention d'intervenir dans le dossier de la Gambie c. le Myanmar devant la Cour internationale de justice

2 Septembre 2020
communiqué de presse

Ottawa, Canada — Le ministre des Affaires étrangères du Canada, l'honorable François-Philippe Champagne, et le ministre des Affaires étrangères du Royaume des Pays-Bas, Stef Blok, ont fait aujourd'hui la déclaration suivante :

« Le Canada et le Royaume des Pays-Bas aimerait exprimer leur intention d'intervenir ensemble dans l'affaire de la Gambie c. le Myanmar. Il s'agit d'un litige porté par la Gambie contre le Myanmar devant la Cour internationale de justice [CIJ] concernant des violations présumées de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide [Convention sur le génocide].

« La demande faite par la Gambie démontre la discrimination et la persécution dont sont victimes les Rohingyas au Myanmar. Ces actes ont créé les conditions permettant aux forces de sécurité du Myanmar de perpétrer des atrocités ciblées et systémiques contre les Rohingyas. Elle indique de plus que les violations du Myanmar comprennent la commission d'un génocide contre les Rohingyas, principalement par la perpétration systématique et généralisée de meurtres de masse, de violences sexuelles, de torture, de déplacements forcés et de refus de leur fournir nourriture et logement. Ces conditions ont entraîné la fuite de plus de 850 000 Rohingyas vers le Bangladesh depuis 2016.

« La Convention sur le génocide incarne l'engagement solennel visant à prévenir le crime de génocide et à demander des comptes aux responsables. En saisissant la CIJ de ce dossier, la Gambie a posé un geste louable visant à mettre fin à l'impunité de ceux qui commettent des atrocités au Myanmar. Le Canada et les Pays-Bas considèrent qu'il est de leur devoir de soutenir ces efforts, qui concernent l'humanité tout entière. Dans le cadre de cette intervention, le Canada et le Royaume des Pays-Bas apporteront leur aide en ce qui concerne les questions juridiques complexes. Ils porteront aussi une attention particulière aux crimes liés à la violence sexuelle et fondée sur le genre, dont le viol.

« Les États parties à la Convention sur le génocide doivent se mobiliser pour prévenir le génocide, mais également, et c'est essentiel, pour demander des comptes à leurs auteurs. Le Canada et le Royaume des Pays-Bas réitèrent leur appel lancé à tous les États parties à la Convention sur le génocide pour qu'ils soutiennent la Gambie dans ses efforts visant à faire face à ces violations. »

SOURCE Agence canadienne de développement international (ACDI)

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.