Congo-Kinshasa: Les femmes du secteur minier se mobilisent contre la corruption

Réunies au sein de la plate forme Women in Mining, ces femmes des provinces du Lualaba et du Haut-Katanga demandent un engagement plus important du gouvernement afin que l'exploitation minière profite réellement au pays. Elles se sont exprimées au cours de l'atelier organiser mercredi 2 septembre à Lubumbashi.

Pour les femmes du Women in Mining, la corruption dans le secteur minier est partout et bloque le développement de petits projets.

Pour acquérir une zone d'exploitation minière, même artisanale, il faut verser des pots-de-vin auprès d'une multitude de services comme le ministère des Mines ou le cadastre minier, accusent-elles.

Elles dénoncent la pratique des gros groupes industriels qui soudoient les services publics afin de ne pas avoir à respecter les lois en matière d'environnement.

En conséquence, le développement de l'exploitation minière industrielle ne profite pas à la population.

Et pourtant rappelle Betty Panupanu, directrice adjointe du cabinet du chef de l'État, celui-ci s'est engagé à lutter contre la corruption. « Il faut savoir qu'au niveau du gouvernement, il y a déjà des mécanismes de lutte contre la corruption . Mais les dames veulent contribuer aux efforts du chef de l'État et donc nous voulons entendre leurs propositions pour faire du Congo un État où la corruption ne sera plus une habitude mais plutôt une exception. »

Les femmes du Women in Mining en RDC souhaitent s'associer pour créer une entreprise minière à petite échelle et compte sur l'appui du gouvernement congolais.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.