Congo-Kinshasa: Un journaliste arrêté et un autre convoqué après une plainte d'un avocat de l'ancien président

communiqué de presse

Reporters sans frontières (RSF) dénonce l'arrestation d'un journaliste qui avait diffusé des informations compromettantes concernant l'avocat de l'ancien président congolais Joseph Kabila. L'un de ses collègues est également auditionné ce mercredi. RSF a contacté le gouverneur de la province concernée et demande la libération sans condition de ces deux journalistes.

La menace Joseph Kabila continue de planer sur les médias congolais. L'ancien président n'est plus aux commandes du pays depuis un an et demi mais la répression contre la presse caractéristique de ses 19 ans au pouvoir se poursuit.

Justin Murhu, journaliste pour deboutRDC.net, un site d'informations populaire sur les sujets relatifs aux droits de l'homme dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), en est la dernière victime.

Hier, mardi 1er septembre, le reporter a été arrêté à Bukavu à l'issue de sa convocation au tribunal de la capitale de la province du Sud-Kivu située dans l'est du pays. Le directeur de la publication Patrick Babwine a également été convoqué ce mercredi 2 septembre.

Les deux journalistes sont poursuivis dans le cadre d'une plainte pour "imputations dommageables" déposée par Jean Claude Zihalirwa, avocat de la famille de Joseph Kabila.

Le conseil de l'ancien président avait été mis en cause dans un article diffusé le 24 août sur le site deboutRDC.net, qui révélait, sources à l'appui, comment, accompagné de militaires, il avait rendu visite à des victimes d'expropriations pour les dissuader de témoigner.

Ces familles occupaient des habitations à Mbobero, sur un terrain dont l'ancien président Joseph Kabila revendique la propriété.

"Rien ne justifie que ces journalistes soient arrêtés et encore moins détenus pour avoir rapporté dans un article des informations sourcées et largement vérifiables, dénonce Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.

Témoigner des atteintes aux droits de l'homme ne devrait pas conduire en prison. Ces journalistes n'ont fait que leur travail et nous demandons leur libération sans condition."

Sollicité par RSF le gouverneur de la province du Sud-Kivu, Théo Kasi, a indiqué qu'il allait se renseigner sur ces arrestations.

Entre 2016 et 2018, plusieurs centaines de maisons ont été démolies et plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées sans abri selon la nouvelle dynamique de la société civile (NDSCI), une organisation locale de défense des droits de l'homme. En juillet, deux plaintes ont été déposées contre Joseph Kabila dans le cadre de cette affaire.

"Les faits rapportés par ce site sont authentiques, assure un connaisseur du dossier joint par RSF. Cela fait partie de la stratégie pour tenter d'intimider les victimes des expropriations et les journalistes qui osent en parler sont aussi rares que courageux."

Ce n'est pas la première fois que des journalistes sont inquiétés pour leurs enquêtes et reportages sur la situation des expropriés de ce vaste terrain revendiqué par l'ancien président congolais désormais sénateur.

En 2018, RSF avait déjà documenté les menaces visant le réalisateur Gaël Mpoyo et le monteur Franck Zongwe Lukawa qui avaient été contraints de fuir leur domicile après la diffusion de leur documentaire : "Mbobero : la raison du plus fort est toujours la meilleure".

La RDC occupe la 150e position sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2020.

Plus de: RSF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.