Sénégal: Limogeage du directeur de la compagnie de transports publics Dakar Dem Dikk

Au Sénégal, le départ, mercredi, de Moussa Diop fait la Une de la presse. Son successeur a aussitôt été nommé en Conseil des ministres. Aucune raison officielle n'est avancée pour justifier cette décision, qui suscite de nombreuses interrogations car l'intéressé s'était exprimé récemment sur la question d'un troisième mandat pour le président Macky Sall.

« Moussa Diop conduit au dépôt », « Terminus Moussa Diop », l'affaire est largement commentée dans les journaux, qui avancent plusieurs thèses pour expliquer ce limogeage. Pour certains, c'est très clair : Moussa Diop est « une nouvelle victime du troisième mandat ».

Invité sur le plateau de la Sen TV la semaine dernière, pour évoquer notamment la situation au Mali, le désormais ex-directeur général de Dakar Dem Dikk s'était exprimé sur le sujet. À la question d'une journaliste qui lui demandait si un troisième mandat serait « un coup d'État constitutionnel », Moussa Diop avait répondu : « je confirme ». Une sortie qui n'est pas passée inaperçue, alors que ce débat en vue de la présidentielle de 2024 agite la classe politique.

« Péché mortel »

« Parler du troisième mandat est devenu un péché mortel », « Macky Sall impose la loi du silence », estime l'éditorialiste de Walf Quotidien. Les journaux rappellent que deux autres responsables, l'ancien directeur des Sénégalais de l'extérieur Sory Kaba et l'ancien ministre conseiller Moustapha Diakhaté, ont été limogés l'an dernier après avoir pris position sur la question.

Mais pour d'autres, ce départ de Moussa Diop est plus vraisemblablement lié à une mauvaise gestion de la compagnie de transport. Factures impayées, difficultés de trésorerie, manque d'entretien des bus... cette question du troisième mandat pourrait être un « prétexte », selon L'Observateur.

L'intéressé a simplement remercié le président pour sa confiance pendant ses six années passées à la tête de l'entreprise. Il est remplacé par le magistrat Omar Bounkhatab Sylla.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.