Afrique de l'Est: Barrage de la Renaissance - Les États-Unis suspendent une partie de leur aide à l'Éthiopie

Les États-Unis ont annoncé mercredi 2 septembre la suspension d'une partie de leur aide à l'Ethiopie, qui est pourtant un allié stratégique habituel de Washington.

Pour expliquer cette décision, le Département d'État cite le « manque de progrès » dans les négociations sur le barrage de la Renaissance. Cette décision survient après que l'Éthiopie a claqué la porte de la médiation américaine en février dernier, et que la tension avec le Soudan et l'Egypte s'est accrue au début de l'été, au début de la mise en route du barrage.

La décision émane du président Donald Trump lui-même. Selon le Département d'Etat cité par l'agence Associated Press, il s'agit d'une « pause temporaire » destinée à « refléter notre préoccupation face à la décision unilatérale de l'Éthiopie de commencer à remplir le barrage avant qu'un accord et que toutes les mesures de sécurité nécessaires ne soient en place ». Une annonce-surprise en forme de soutien ferme à l'Égypte dans les pourparlers toujours en cours.

On ignore encore le montant exact de l'aide concernée. La semaine dernière, le très sérieux Foreign Policy affirmait que la diplomatie américaine travaillait sur l'hypothèse d'une coupe de 130 millions de dollars. Le porte-parole cité par Associated Press assure que l'aide humanitaire et médicale n'est pas affectée.

L'Èthiopie n'a pas encore officiellement réagi. Le bureau du Premier ministre Abiy Ahmed s'est contenté de retweeter la Banque mondiale, laquelle réaffirme son soutien au « financement du programme de réforme » de l'Éthiopie à hauteur de 2,9 milliards de dollars.

De son côté, l'analyste William Davison, de l'International Crisis Group, a assuré à la chaîne Bloomberg que cette décision ne changerait rien, mais qu'au contraire elle affermirait la position de l'Ethiopie dans les négociations.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.