Cote d'Ivoire: Position de Paris sur le troisieme mandat d'Ado - Macron osera-t-il se jeter dans les eaux troubles de la lagune Ebrié ?

3 Septembre 2020
analyse

En vacances en France depuis quelques jours, le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara (ADO), est invité, ce 4 septembre 2020, à déjeuner à l'Elysée par son homologue français, Emmanuel Macron. Une visite qui n'aurait peut-être pas eu tant d'écho, si elle n'intervenait pas en plein débat sur la question du troisième mandat de l'enfant de Kong, que lui conteste l'opposition.

En effet, de Henri Konan Bédié à Pascal Affi N'Guessan en passant par Guillaume Soro, ils sont nombreux, les opposants ivoiriens, à s'exprimer sur la question et attendent de Macron qu'il recadre le locataire du palais de Cocody qu'il avait « chaudement » félicité en son temps, et dont la candidature à présent, aux termes d'une lettre ouverte du président du Front populaire ivoirien (FPI), non seulement « contredit son engagement de ne pas concourir pour un troisième mandat, exprimé solennellement devant la Représentation nationale réunie en congrès le 5 mars dernier à Yamoussoukro », mais aussi « intervient en violation de la loi fondamentale de la IIIè République, dont il est le garant ».

Sous nos tropiques, quand on a le soutien de Paris, on est presqu'assuré d'être adossé à du roc

Dès lors, l'on comprend pourquoi le président ivoirien est accompagné d'une forte délégation de ministres et de hautes personnalités du RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix), dans son séjour parisien. Car, tout porte à croire que si l'opposition ivoirienne a activé la fibre de l'ancienne puissance colonisatrice, c'est en raison du poids resté intact de la France, soixante ans après les indépendances, dans le choix des dirigeants devant présider aux destinées de nos Républiques bananières.

Autrement dit, dans la course à l'échalote sous nos tropiques, quand on a le soutien de Paris, on est presqu'assuré d'être adossé à du roc. Au contraire, un désaveu de l'ancienne métropole peut être un handicap difficile à surmonter. Au passage, on peut, tout de même, relever l'incohérence de la classe politique africaine, souvent prompte à pointer du doigt le paternalisme de la France, et qui se retrouve parfois paradoxalement à demander à Paris de se prononcer sur des affaires purement internes.

La question est maintenant de savoir si Jupiter osera se jeter dans les eaux troubles de la lagune Ebrié qui foisonne de sauriens de toutes espèces, en prenant une position tranchée, dans un sens ou dans l'autre, par rapport à cette candidature contestée de Ouattara, qui n'a pas finit de faire des vagues.

Rien n'est moins sûr. Car, au-delà de la recevabilité de cette candidature en termes de légalité ou de légitimité, de toute la classe politique ivoirienne, Alassane Ouattara apparaît aujourd'hui, aux yeux d'une certaine opinion, de loin comme celui qui représente le mieux les intérêts français en Côte d'Ivoire. Or, pour reprendre les propos d'un éminent homme politique français, « la France n'a pas d'amis, elle n'a que des intérêts ». C'est pourquoi, au nom de ses intérêts, il ne faut pas s'attendre à voir Paris lâcher celui qui, à tort ou à raison, est présenté aujourd'hui plus qu'hier, comme son Homme en Eburnie.

Les interpellations de l'opposition ivoirienne sonnent comme un cas de conscience posé à Paris

Et puis, rien ne dit que cette rencontre ne sera pas mise à profit pour passer en revue tous les scenarii possibles et leurs conséquences éventuelles. C'est dire si comme au Congo de Denis Sassou Nguesso quelques années plus tôt, on peut s'attendre, à défaut d'une position tranchée, à voir Paris botter en touche et jouer au funambule à travers l'une de ces formules sibyllines dont elle seule a le secret.

Mais en même temps, ces interpellations de l'opposition ivoirienne sonnent comme un cas de conscience posé à Paris dont la logique, dans la défense des principes démocratiques sous nos tropiques, manque parfois de lisibilité au point que l'on se demande si elle n'est pas faite par moments à la tête du client.,En tout état de cause, quelle que soit la position qu'affichera Macron, il y a lieu de croire qu'elle ne restera pas sans effet dans le débat du troisième mandat qui fait rage en Côte d'Ivoire.

En effet, si Paris harponne ADO sur la question, nul doute que l'opposition s'en servira comme argument de campagne pour ruer davantage dans les brancards, contre le chef de l'Etat. Dans le cas contraire, si ADO est clairement adoubé par l'Elysée, on peut s'attendre à ce que la France en prenne aussi pour son grade de la part des contestataires. C'est dire si Emmanuel Macron marche sur des œufs, dans ce débat politico-ivoirien. C'est pourquoi, avec son hôte ADO, on se demande ce qu'ils vont se dire et ce qu'il va faire. Là est toute la question.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.