Congo-Brazzaville: Culture - Artistes congolais, c'est grave docteur ?

Show cases, concerts et festivals annulés en raison des mesures utiles contre la propagation du coronavirus au Congo Brazzaville, les artistes congolais tirent le signal d'alarme et s'inquiètent de l'impact de la crise sanitaire sur le secteur musical.

Au Congo Brazzaville, la crise sanitaire fait en toute logique une sorte de ravage frappant de plein fouet le secteur culturel dans un silence étourdissant et une indifférence quasi générale. Ainsi, le groupe SOS Salsa s'est attristé de ne pouvoir célébrer son vingt cinquième anniversaire en raison des mesures sanitaires d'une part, et d'autre part en raison d'un manque de moyens criant. A fortiori, le groupe qui espérait une levée de fonds via Internet n'a même pas soulevé un seul billet de 500 francs CFA. Cela symbolise à l'évidence le signal d'alarme que tirent les artistes au Congo en proie à de véritables difficultés financières. L'inquiétude est palpable à tous les étages de ce parent pauvre et délaissé qu'est le secteur musical sans que nul ne semble vouloir se pencher à son chevet.

Pour autant, certains continuent d'oeuvrer en coulisses prenant leur mal en patience. A Pointe-Noire, Conquering Lions se réunit tous les lundis pour continuer les répétitions quand bien même la formation de reggae est comme suspendue dans le vide avec l'espoir que les concerts soient de nouveaux autorisés. Le spectacle vivant, qui a pleuré de nombreux disparus en cette année 2020, est au point mort depuis 5 mois et on ne sait combien d'artistes sauront s'en relever. Courageusement, la plupart d'entre eux, en quête de visibilité, se maintiennent en vie sur les réseaux sociaux devenus la seule issue de secours, une issue qui les prive cependant de monnaie trébuchante et nécessaire au maintien de leur art.

Rappelons qu'une proposition de loi sur le statut de l'artiste congolais initiée par le député Léonidas Carrel Mottom, et dont l'examen avait été plusieurs fois renvoyé à l'Assemblée nationale, avait été adoptée à l'unanimité le 18 décembre 2019 à Brazzaville. Le président de l'Union des musiciens congolais, Pape God, qui avait assisté à l'adoption de cette proposition de loi avait souhaité que les textes d'application soient publiés le plus rapidement possible en vue de permettre aux artistes d'avoir une protection juridique dans l'exercice de leur profession. Un souhait semble t'il resté lettre morte.

De l'autre côté de l'atlantique, en France, le Premier ministre Jean Castex a, quant à lui, récemment estimé que le secteur culturel souffre de la crise sanitaire plus que d'autres et annoncé un plan de relance de la culture au sens large qui bénéficiera d'une dotation exceptionnelle de 2 milliards d'euros. « Nous pensons que la culture est une activité économique et si les règles sanitaires imposées aux professionnels du spectacle les empêchent d'atteindre leur équilibre économique, l'Etat se doit de compenser ce déficit », a-t-il précisé.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.