Afrique: Renforcer la gouvernance des projets d'infrastructures pour ne plus gaspiller l'argent public

document

Les populations, les entreprises et les systèmes économiques du monde entier subissent de plein fouet les effets de la COVID-19. À l'heure où les économies tournent au ralenti et où l'endettement atteint des sommets inédits, les pays ont multiplié les mesures d'urgence vitales à destination des individus et des entreprises, mais ils éprouveront d'immenses difficultés à se relever de la pandémie.

L'investissement public dans les infrastructures jouera un rôle essentiel dans le redressement économique. Mais les ressources se font rares ; aussi les États doivent-ils dépenser l'argent public à bon escient en finançant les projets qui en valent la peine. Pour ce faire, les pays doivent être pourvus de solides régimes de gouvernance des infrastructures, c'est-à-dire d'institutions et de dispositifs robustes qui encadrent la planification, la répartition et la réalisation d'infrastructures publiques de qualité.

Notre récent ouvrage montre comment les pays peuvent mettre au point de solides régimes de gouvernance des infrastructures. Les investissements publics accouchent trop souvent d'infrastructures onéreuses, de piètre qualité et peu utiles aux populations et à l'activité économique. Il s'agit souvent de projets de long terme, complexes et de grande envergure, qui constituent un terrain propice à la corruption, aux retards et aux dépassements de coûts. Il est indispensable de disposer de régimes solides de gouvernance des infrastructures pour limiter ce gaspillage des deniers publics.

D'après nos travaux, certains dysfonctionnements conduisent les pays à gaspiller en moyenne un tiers de leurs dépenses d'infrastructures. Dans certains pays à faible revenu, cette proportion atteint des niveaux vertigineux, jusqu'à 50 %. Ces ressources mal employées représentent un potentiel considérable que les pays doivent exploiter pour redresser leurs économies sinistrées par la pandémie. Fort heureusement, la gabegie et les dépenses inutiles dans des projets d'infrastructures ne sont pas une fatalité. D'après nos estimations, la consolidation des régimes de gouvernance des infrastructures pourrait permettre d'éviter plus de la moitié de ces pertes.

Un pont vers l'avenir

Le redressement économique qui doit succéder à la crise de la COVID-19 est pour les pays l'occasion ou jamais de lancer un pont vers l'avenir en concevant et en construisant des infrastructures publiques de qualité.

Bien réalisée, la relance de la demande globale par l'investissement public peut favoriser une croissance plus inclusive, réduire les inégalités et donner à chacun les moyens de la réussite économique. Les investissements dans les systèmes de santé et les infrastructures vertes et numériques peuvent améliorer le niveau de vie des populations, relier différents marchés, et augmenter la capacité d'adaptation des pays au changement climatique et à de futures pandémies. Les pays devront également augmenter leurs investissements publics pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) ; il faudra que les pays avancés modernisent leurs infrastructures vieillissantes, comme les routes, les ponts et les systèmes de santé.

Pour autant, chaque denier doit être dépensé à bon escient : si les pays décident d'investir davantage dans les infrastructures, ils doivent aussi réfléchir à la manière la plus judicieuse de dépenser l'argent public pour que les investissements en question contribuent le plus possible au bien commun. Notre ouvrage s'appuie sur les analyses du FMI et sur ses activités dans le domaine du développement des capacités, et notamment sur les évaluations de la gestion des investissements publics (EGIP) menées dans plus de 60 pays ; il propose une feuille de route pour aider les pays à « passer des aspirations à l'action » en menant à bien des projets d'infrastructures utiles et en s'assurant que l'économie et la société profitent pleinement des investissements publics.

Ce livre décrit les bases indispensables d'une gouvernance robuste des infrastructures et présente des pratiques innovantes dans des domaines essentiels. Nous y recensons des exemples de méthodes qui permettent de lutter contre la corruption dans les projets d'infrastructures, de maîtriser les risques budgétaires, d'intégrer la planification et le budget, et d'adopter de bonnes pratiques en amont du cycle d'investissement public, ainsi que pendant la phase d'évaluation et de sélection des projets (domaine où beaucoup de pays n'obtiennent pas de résultats satisfaisants).

Le Chili, par exemple, a mis au point un régime complet de gouvernance des infrastructures qui a permis de réduire les coûts. En Corée, l'ouverture d'un guichet unique national des marchés publics a permis d'améliorer la transparence et l'intégrité de la commande publique.

L'ouvrage porte également sur certains aspects nouveaux de la gouvernance des infrastructures, comme la nécessité d'assurer la bonne gestion et l'entretien régulier des infrastructures existantes et de s'adapter aux effets du changement climatique. L'Afrique du Sud a ainsi adopté des lignes directrices et des normes concernant l'entretien des infrastructures publiques, afin de prévenir la détérioration de biens publics tels que des routes ou des ponts.

Le livre souligne à quel point les dispositifs de gouvernance des infrastructures sont souvent séduisants en théorie, mais assez peu opérants en pratique. Il ne suffit donc pas de se doter d'une bonne architecture de gouvernance : encore faut-il s'assurer qu'elle fonctionne correctement dans la pratique. La grande leçon tirée de tous ces exemples est claire : les pays peuvent éviter les investissements publics ruineux et construire une infrastructure de qualité en prenant des mesures concrètes de nature à améliorer la gouvernance dans ce domaine. Cela sera plus nécessaire que jamais pour reconstruire les économies au lendemain de la pandémie de COVID-19.

Le Moniteur des finances publiques d'octobre 2020 se penchera plus avant sur les analyses et les recommandations du FMI concernant les meilleures manières d'investir dans les infrastructures pour favoriser le redressement durable des économies.

*****

Gerd Schwartz est directeur adjoint du département des finances publiques du FMI. Il supervise les activités du département en matière de gestion budgétaire, et notamment de gouvernance des infrastructures. Avant de rejoindre le FMI, il a travaillé pour la Banque européenne d'investissement et pour la Banque interaméricaine de développement. Il a obtenu son doctorat en science économique à l'Université d'État de New York à Albany. Ses recherches portent sur les questions de gestion et de politique budgétaires et financières.

Manal Fouad dirige la division de la gestion des finances publiques (GFP) II du département des finances publiques du FMI. Elle est spécialiste des finances publiques et conseille plusieurs pays sur les questions de politique budgétaire et de développement des capacités (cadres macrobudgétaires, transparence budgétaire et gouvernance des infrastructures). Elle supervise les programmes de développement des capacités en matière de GFP dans les pays d'Afrique francophone et lusophone, d'Asie et du Pacifique, ainsi que dans la région Hémisphère occidental. Elle a occupé plusieurs postes au département des finances publiques et auprès de l'institut pour le développement des capacités du FMI. Elle est titulaire d'un doctorat de l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève.

Torben Hansen est chef adjoint de la division GFP I du département des finances publiques du FMI. Depuis son arrivée au FMI en 2013, il a dirigé des activités de développement des capacités dans des pays du Moyen-Orient, d'Europe et d'Afrique anglophone, et a participé à des travaux d'analyse sur la gestion des finances publiques, notamment en matière de gouvernance des infrastructures. Avant de rejoindre le FMI, il a exercé des fonctions de haut niveau auprès du ministère des Finances et au cabinet du Premier ministre du Danemark. Il est titulaire d'une maîtrise universitaire en science économique de l'Université de Copenhague.

Geneviève Verdier est chef de division au département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI. Avant de rejoindre le FMI, elle était professeur assistante en sciences économiques à l'Université A&M du Texas. Auparavant, elle a participé à des travaux de recherche économique auprès de la Banque du Canada. Elle a obtenu son doctorat à l'Université de la Colombie-Britannique. Certains de ses travaux de recherche en politiques publiques ont fait l'objet de publications du FMI, et elle a également contribué à des ouvrages spécialisés et à des revues à comité de lecture. Ses recherches portent sur un grand nombre de sujets macroéconomiques, tels que l'efficacité de la dépense publique, les investissements publics, le réaménagement de la dette souveraine, la croissance économique et le développement financier.

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.