Madagascar: Anosy - Saisie controversée de deux voitures importées

Deux voitures de luxe ont été saisies par la Brigade criminelle à Anosy suite à une histoire d'importation de voitures.

T out commence vers l a fin de l'année 2017 en France. Une dame e t un homme ont convenu de l'achat de cinq voitures d'occasion et de leur expédition à Madagascar. La dame finance l'opération et l'homme se charge de trouver les voitures et de les expédier.

L'homme a bel et bien acheté les cinq voitures et les a confiées à un transitaire. Mais les voitures ne sont jamais arrivées à Madagascar et n'ont jamais quitté le port faute de paiement du frais d'envoi. Il y aurait eu un malentendu entre les deux partenaires.

L'homme n'aurait pas compris qu'il lui revenait de s'acquitter des frais d'embarquement. Les deux se seraient retrouvés et auraient conclu d'un nouvel accord. La dame aurait donné de l'argent à l'homme pour revenir en France et régler les frais d'envoi. Les voitures se trouvaient effectivement là où elles étaient.

Formalités

L'homme aurait fait toutes les formalités et l'affaire semblait réglée. Coup de théâtre en mars de cette année, un homme propriétaire de deux voitures de luxe se trouve impliqué dans l'histoire.

Accusé d'escroquerie et de détournement, ses deux voitures ont été saisies par la Brigade criminelle comme étant celles importées par la dame et qui ne seraient jamais arrivées à bon port.

Les cinq voitures auraient disparu dans le conteneur dont le connaissement faisait mention de vêtements. La dame aurait porté plainte contre l'expéditeur qui a signé une reconnaissance de dette au moment de revenir en France.

Les deux voitures saisies sont arrivées à Toamasina en mars 2019 dans un conteneur dont la dimension ne permet pas d'embarquer cinq véhicules.

Le propriétaire, avec tous les documents à l'appui pour faire valoir ses droits a fait toutes les démarches nécessaires pour pouvoir récupérer ses biens mais en vain. Il a obtenu une ordonnance de restitution du tribunal qui n'a jamais été exécutée.

Saisi de l'affaire, le Pole anti-corruption s'est déclaré incompétent pour traiter l'imbroglio. Les recours semblent ainsi épuisés pour dénouer cette affaire étrange aux tournures inattendues et rocambolesques. Les proches du propriétaire des deux voitures saisies doutent d'ailleurs de quelque chose de louche.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.