Madagascar: Contrat de travail - Les salariés vulnérables risquent la suspension

Les salariés vulnérables au coronavirus risqueront d'être écartés temporairement du monde de travail, en cette épidémie de coronavirus. Le ministère du Travail, de l'emploi, de la fonction publique et des lois sociales donne le feu vert au secteur privé, de suspendre leur contrat de travail.

« Il est permis aux entreprises ou autres établissements et structures régis par le Code de travail de procéder à la suspension du contrat de travail des personnes vulnérables à la Covid-19 ayant consommé ou dépassé les quinze jours prescrits par la note du 29 juin, s'ils ne rejoignent pas leur lieu de travail, après ce délai », peut on lire dans une note signée par la ministre Gisèle Ranampy, à la date du 3 septembre.

Les salariés vulnérables qui n'ont pas repris leur poste à l'échéance de la quinzaine, seront sanctionnés par cette suspension du contrat, compte tenu de cette note.

Mais le directeur général du Travail et des lois sociales, Jerson Razafimanantsoa, l'explique sous un autre angle. « À l'expiration du délai de quinze jours, si l'épidémie de coronavirus continue à sévir, les entreprises peuvent procéder à l'interruption du contrat de travail », lance-t-il.

Interruption

L'interruption de ce contrat peut s'étendre jusqu'à six mois. Et l'employé doit bénéficier d'une indemnité de suspension à raison d'un mois, au minimum.

Cette suspension ne signifie pas résiliation du contrat de travail. « Une fois que l'épidémie est terminée, l'employeur a l'obligation de réintégrer l'employé », rajoute Jerson Razafimanantsoa.

L'État a autorisé un repos médical, aux salariés vulnérables à la Covid-19, considérés comme victimes d'une maladie de longue durée.

La plupart des près de deux cent personnes qui ont succombé à cette maladie, étaient des personnes vulnérables, à savoir, les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires, les personnes diabétiques, celles ayant une maladie respiratoire, une insuffisance rénale, un cancer sous traitement, ou les personnes obèses.

Le ministère ne dispose pas de chiffre sur le nombre des salariés déclarés vulnérables. Seul un certificat médical, délivré par un médecin d'un service médical interentreprises ou d'un médecin agréé peut justifier l'état de santé du travailleur.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.