Congo-Brazzaville: Et des eaux usées dans la rue !

Ces eaux ne sont pas seulement porteuses de plusieurs pathologies surtout lors de la saison des pluies qui pointe à l'horizon, elles sont aussi de vrais facteurs de dégradation et de pollution de l'environnement. Ce qui est surprenant, c'est que cela se passe au su et au vu des responsables des blocs et quartiers dans tous les arrondissements de nos villes.

Ces eaux souillées sont déversées à longueur des journées dans des rues et ruelles, même sur le bitume de certaines artères par des citoyens mal intentionnés sans être inquiétés. Ce comportement qui se généralise petit à petit, par manque de mesures disciplinaires, tend à devenir un habitus social qui ne fait mal à personne dans des quartiers.

Et combien même au passage des gens, des personnes sortent de leur parcelle d'habitation pour déverser de l'eau usée dans la rue. « Balabala ya l'Etat », disent-elles, c'est-à-dire la rue est un bien public. Alors est-ce parce qu'elle est un bien public qu'il faut à tout prix l'abîmer ? Non, quelle absurdité !

On ne le dira jamais assez, cette pratique blâmable est l'un des facteurs de la multiplication des microbes causant plusieurs pathologies au milieu de la population. C'est un vrai problème de santé publique, car cette pratique se caractérise, entre autres, par des eaux des sanitaires de fortunes qui coulent dans les rues.

Même chose pour celles des lessives et vaisselles, des lavages à autos, des restaurants de fortune, des forages populaires, bref des eaux provenant de n'importe quel usage social, même des travaux culinaires.

Le constat fait par le commun des mortels est que les services d'hygiène générale sont quasi inexistants voire impuissants Ils laissent la situation perdurer et empirer.

Et pourtant ils ont des stratagèmes qui leur sont propres, notamment, la dissuasion et les amendes pour arrêter cet état de chose. Dans ces eaux, on trouve des larves microbiennes, des moustiques, des essaims de mouches, des asticots, des fourmis bizarres et des vers de toute sorte, responsables de multiples infections.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.